Partagez | 
 

 Sale bête de chien [Merlin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Sale bête de chien [Merlin]   Lun 16 Juil - 20:12

Hasting s'était réveillée encore plus fatiguée qu'elle ne s'était endormie. Le sol au bord de la route était terriblement inconfortable comparé à la mousse et aux aiguilles de sapin sur lesquels elle avait dormi pendant les deux nuits passées dans la forêt. Et elle avait mal au genou. Ce n'était qu'une bête tendinite mais elle ne voulait pas s'arrêter quelques jours le temps que la blessure se guérisse. Ce n'était pas comme si on l'attendait, mais elle était impatiente de voir Camelot. On lui avait vanté la beauté de la ville et elle se disait qu'elle pourrait toujours s'installer quelques temps à proximité pour son genou.
Hasting reprit donc sa route en boitant, la capuche de sa mante rabattue sur le visage, portant sur son dos la hache de guerre qui lui paraissait tout les jours plus lourde et inutile. Son chien Garmr, trottinait patiemment à ses coté, maigre et si sale qu'on devinait à peine qu'il était roux et non pas brun. La jeune femme trouvait parfois le petit chien-loup énervant, mais elle devait reconnaitre qu'il était remarquablement fidèle. De tout façon, il était son seul compagnon. Prise d'une bouffée d'affection envers la bête, elle se pencha pour le gratter entre les oreilles.
Après cette courte halte, ils ne s'arrêtèrent plus de la matinée. A midi, Hasting du s'arrêter à cause de la chaleur, sa bête noire. Assise sous un arbre miraculeux qui poussait au bord de la route, elle partagea avec Garmr une lanière de viande séchée dure comme du vieux cuir et un peu d'eau issue de sa gourde.
Hasting attendit sous l'arbre que la chaleur de midi se soit un peu atténuée et continua sa route.
Ce fut en fin d'après-midi qu'elle atteignit les portes de Camelot. C'était une bien grande ville. Intimidée, Hasting n'osa pas entrer, se contentant de regarder la cité depuis la route, un genou à terre en dépit de la douleur, retenant Garmr par le collier pour éviter qu'il ne se mette à courrir dans tout les sens, surexité qu'il était par les odeurs nouvelles de la ville. Au bout de presque une heure, le chien-loup fini par lui échapper. Hasting se leva pour partir à sa recherche en frottant son index et son pouce endoloris par la traction du chien sur son collier. Elle retrouva son chien près des portes. Il aboyait comme un fou sur un jeune homme qui ne semblait avoir rien demandé à personne.

"Garmr! Imbécile de chien! Veux tu revenir ici et cesser d'importuner des inconnus?"

Garmr se rendit compte qu'Hasting ne plaisantait pas et revins vers elle la queue entre les jambes. La jeune femme plaça ses jambes de part et d'autre des épaules de son chien.

"Excusez le messire je ne sais pas ce qu'il lui a prit."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   Mer 18 Juil - 4:09



Ce matin, la journée s’était annoncée plutôt banale. Merlin avait prit le petit déjeuné tôt avec Gaius puis était parti réveiller Arthur. C’était d’ailleurs le moment qu’il préférait de la journée. Merlin était donc entré dans la chambre sans trop se retenir de faire un vacarme et avait ouvert les rideaux en s’exclamant que la journée était très belle, faisant exprès de troubler le sommeil du prince. Inutile de préciser que, comme d’habitude, Arthur s’était fâché et avait prit la peine de partager cela avec son serviteur. Mais que faire ? Merlin avait ce petit plaisir tout bête à l’embêter.
Bref, c’était un début de journée comme les autres et le reste de la journée s’était montré très commun. Merlin n’avait pas quitté le château, sauf pour aller chercher de l’eau au puits. Il avait nettoyé les draps d’Arthur, poli son armure, nettoyer sa chambre au grand complet, ciré ses bottes, aiguisé son épée, nettoyé les écuries… bref, toutes ces petites tâches quotidienne qu’un serviteur peut rêver d’avoir. Enfin, c’était vite dit. Car n’importe quel serviteur n’avait pas Arthur comme maître. N’importe qui n’aurait pas eu une vie aussi rêvée que celle de Merlin.
En réalité, le druide n’était pas fou de sa vie en tant que serviteur, mais il ne s’en plaignait pas. Il fallait dire que ce travail l’amusait beaucoup, bien plus que d’étudier la médecine avec Gaius. En effet, n’importe qui sauf lui se serait montré obéissant et soumis face au prince, par peur de se voir jeter un truc à la figure, se faire donner plus de tâches ou bien se faire utiliser comme cible lors des entrainements. Il n’y avait que Merlin pour être aussi fou pour faire exactement le contraire. Et pourtant, c’était, selon lui, ce qui le rapprochait d’Arthur. Il fallait dire qu’une journée sans voir Arthur pouvait être très longue. À croire qu’une dose quotidienne de lui était nécessaire.
Quoi qu’il en soit, Merlin avait fait toutes ses tâches rapidement et dans la bonne humeur. En fin d’après-midi, Gaius lui demanda de faire quelques courses pour lui. Il devait aller chercher quelques trucs et aller porter quelques potions à des patients. Une autre tâche que Merlin décida d’accomplir avec le sourire aux lèvres. Cependant, il ne s’était pas attendu à ce que sa journée très ordinaire soit bouleversée par l’arrivé d’une nouvelle personne à Camelot.
Alors que celui-ci venait de faire une livraison près des portes de la ville, il aperçu un chien, un chien brun, qui courait vers lui. Le druide fit un pas derrière, étant certain que le chien allait lui sauter dessus. Mais il n’en fit rien. La bête s’était tout simplement arrêté pour lui aboyé dessus, comme s’il montrait toute sa colère, ou sa domination, allez savoir. Bref, le chien cessa ses aboiements quand une jeune femme l’insulta et lui ordonna d’arrêter. Assez surpris vu son apparence, Merlin l’écouta attentivement.
Avait-il bien entendu ? Lui, un Messire ? Le magicien se retint pour ne pas se mettre à rire. À la place, il ne fit que sourire, laissant la jeune femme terminer.


« C’est bon, y a pas eu de mal. Mais, mon nom, c’est Merlin. Tu peux oublier le Messire. »

C’est alors que Merlin remarqua ses doigts manquant ainsi que sa hache dans son dos. Celle-ci n’était pas une fille ordinaire. Elle devait avoir de sérieux talents en combat, bien que les doigts lui manquent. C’est d’ailleurs pour cette raison que le druide n’en fit aucun commentaire. Il préférait ne rien dire, question de ne pas se mettre les pieds dans les plats, comme il le fait si bien d’habitude. S’il y avait bien une chose que Merlin avait apprit à force de travailler pour Arthur, c’est qu’il y a certaines choses dans la vie qu’on ne doit pas dire. Enfin, ça dépend des gens surtout.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   Mer 18 Juil - 14:04

Hasting constata que l'étranger se retenait de rire. Elle fut tentée de s'énerver l'espace d'un instant mais se retint elle aussi et se contenta de pincer les lèvres.
Elle détailla l'inconnu d'un regard neutre. Les cheveux noirs, les yeux bleus, elle lui rendait une tête et il n'était pas bien épais, mais il semblait avoir quelque chose en plus. Quelque chose qu'elle ne parvenait pas à définir. Sans songer que ses expressions devenaient bien transparentes de ses pensées, la jeune femme plissa les yeux, perplexe.

"Certes. Mais mieux vaux être trop polie que pas assez. Je suis Hasting. Hasting Uwedottir. Et ce crétin s'appelle Garmr."

Toujours solidement coincé entre les genoux de sa maitresse, ce dernier gigotait et tentait en vain de se libérer. Il planta finalement ses dents en grondant dans la botte d'Hasting, qui décida de l'ignorer, fatiguée de ses idioties.

"Il est déchainé. Regardez moi ce petit fauve. Il va y avoir de l'orage."

La jeune femme s'aperçu alors que Merlin regardait les doigts qui lui restait et sa hache qu'on pouvait aperçevoir sous son manteau qui avait glissé. La nostalgie de la sombre gloire des combats la prit à la gorge. Le sifflement des lames qui s'interompaient par le bruit mat du tranchant qui s'enfonce dans les chaires, les hurlements de douleurs des blessés et les cris de joie des berserks, l'odeur du sang et le butin d'or, d'argent, de pierreries et d'esclaves.
Un sourire triste barra le visage d'Hasting pendant qu'elle remettait en place les lambeaux de son manteau rouge, cachant à nouveau le tranchant redoutable de Laufi.

"Il n'y a rien à craindre de cette hache. Ma main n'est plus assez forte pour la brandir...Il y a encore deux ans, vous auriez eu de serieuses raisons d'avoir peur, mais je n'aurais pas été seule, alors..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   Dim 5 Aoû - 6:12

« Mieux vaut être trop polie que pas assez… » En effet, cette dame n’avait pas tort. Mais Merlin, de sa nature très simple et bête, n’y avait pas vraiment songé. Et puis n’étaient-ils pas des inconnus ? Elle ne pouvait peut-être pas différencier la noblesse du peuple. Qui sait vraiment ? Au fond, Merlin avait seulement été idiot et n’avait pas assez réfléchit, comme d’habitude. Il ne dit rien par contre. Mieux vaut ne rien dire plutôt que de sortir une idiotie du genre « Vous avez raison, faites pas attention, je suis l’idiot du prince, ah non, son valet, pardon. ». Non, ce genre d’idioties-là, il savait les garder pour lui. Et puis il n’était pas face au prince héritier de Camelot, mais bien face à une étrangère, et son chien, semblant enragé… D’ailleurs, elle-même le fit remarquer.
Merlin baissa les yeux vers le chien, constatant qu’en effet, il était énervé et voulait se défaire de l’emprise de sa maitresse qui le tenait fermement entre ses genoux. La bête se mit même à mordre la botte de celle-ci, comme s’il s’agissait d’un os à gruger… Merlin était quelque peu surpris par cette rencontre dans cette journée si ordinaire. Il ne savait pas trop comment se placer ou se comporter face à elle. Il n’y avait qu’à la regarder pour constater qu’elle n’était pas comme les autres femmes de Camelot. Hasting semblait en fait plus… guerrière. Peut-être était-ce sa hache qui donnait un bon indice de ce trait. D’ailleurs, alors qu’il la regardait, Hasting releva son manteau rouge pour cacher l’arme. Devait-il s’en méfier ?
En même temps qu’il se posait un tas de question, son interlocutrice eut vite fait de le rassurer en lui disant que cette hache ne pouvait plus lui servir. Au moins, elle n’était pas une étrangère qui en voulait à la vie d’Arthur ou à celle du roi. Notre cher Merlin n’aurait pas du tout eu de plaisir à la combattre…

Lorsque celle-ci termina de parler, le druide constata qu’il n’avait rien dit depuis un bon moment et qu’il devrait peut-être parler. La voyant sourire, il sourit également, question d’être amical. Ça, il savait être, pas comme ce prince, si prétentieux et violent… avec son valet.

« Je vous avoue que ça me rassure un peu… Hasting. »

Quoi ajouter ? Il avait été sincère, et maintenant voilà, il n’avait plus rien à dire, déjà. Enfin, jusqu’à ce qu’il trouve une idée.

« Sinon, qu’est-ce qui vous amène à Camelot ? Vous venez visiter quelqu’un? »

Certes, la réponse à ces questions ne le regardait pas vraiment, mais ce n’était pas comme s’il se montrait méfiant ou bien comme s’il faisait seulement semblant de s’intéresser à elle. En fait, il se montrait plus amical qu’autre chose. Après tout, c’était une étrangère qui arrivait à Camelot et il voulait qu’elle s’y sente bien, comme lui depuis qu’il était ici et qu’il vivait avec Gaius. Aujourd’hui, il considérait Camelot comme sa maison, s’y sentant bien. Il veut protéger ce bel endroit ainsi que tous ses habitants, tous aussi gentils les uns que les autres. Bref, sans trop réfléchir, il regarda le chien et s’approcha d’eux de deux ou trois pas. Il voulait en fait être un peu plus près pour discuter amicalement, si elle le voulait bien, et si le chien le voulait également. D’ailleurs, dommage qu’il ne soit pas un dragon celui-là. Ça aurait été bien plus facile à gérer pour Merlin.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   Mar 14 Aoû - 16:30

Garmr ne semblait pas décidé à se calmer et continuait à enfoncer ses crocs dans la botte d'Hasting. Elle resserra les mollets d'un coup sec. Le chien toussa et s'étouffa, puis lâcha sa maîtresse et consentit enfin à se calmer.
Hasting s'était ôtée une épine du pied. Elle plia le genou gauche, celui qui avait les tendons enflammés en ignorant la douleur et libéra son chien, qui s'écarta d'elle, tout en restant tout près.

"Non, je ne viens visiter personne...On m'a vanté la beauté de cette ville et j'ai voulu la voir de mes propres yeux. Et puis j'y trouverais bien quelque chose à faire de mon temps. Vous vivez ici?"

Pendant qu'elle finissait sa phrase, un coup de tonnerre retentit. L'orage éclatait. Quelques secondes plus tard, un éclair illumina le ciel et la pluie commença à tomber. Quelques gouttes tombèrent sur les cheveux sales, le front fiévreux et les lèvres assoiffées d'Hasting. Elle leva la tête vers le ciel pour profiter de la pluie fraîche qui tombait de plus en plus fort.
Une question germa soudain dans la tête de la jeune femme. Elle tourna son visage vers celui de Merlin.

"Est-ce qu'ils ferment les portes ici la nuit? J'aimerais savoir si je peux jeter un oeil aux environs avant d'entrer dans la ville."

Garmr semblait lui aussi heureux d'avoir de la pluie, il tournait sur lui même, le museau en l'air, la queue frétillante. L'eau collait ses poils contre ses flancs, on voyait à présent qu'ils étaient roux et non pas brun.
Une fois rafraîchie, Hasting releva les lambeaux de sa capuche sur sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   Mar 14 Aoû - 17:42

Voilà que le chien s’était calmé. Il n’y avait pas à dire, cette Hasting savait fort bien comment dresser son chien, le contrôler. Merlin n’en avait pas peur du tout, ayant tout de même dû affronter des bêtes plus redoutables, mais il n’avait pas envie, tout comme personne à Camelot probablement, qu’un chien vienne créer des ennuis dans la ville. Alors tant mieux si celle-ci savait le contrôler. Enfin bref.
Pour répondre à sa question, Hasting affirma qu’elle n’était pas en visite chez quelqu’un, mais seulement une personne qui voulait voir de ses yeux la grandeur de Camelot. À cette idée, Merlin sourit, étant tout de même fier d’être l’un de ses habitants, même s’il n’avait pas grandit ici. Puis vint sa question à laquelle le jeune magicien répondit en hochant la tête en même temps que le tonnerre se fit entendre.

« Je vis ici depuis un moment maintenant. Je suis l’assistant du médecin de la cour. »

Soudain, l’éclair retentit et la pluie se mit à tomber sans prévenir, sans même qu’ils n’aient le temps de se mettre à l’abri. C’est alors que Merlin se rappela de la phrase qu’avait dit Hasting un moment plus tôt : « Regardez moi ce petit fauve, il va y avoir de l’orage. » Avait-elle vraiment prédit grâce à l’attitude de son chien qu’un orage allait éclater ? Le druide regarda le chien qui soudain avait changé de couleur. La pauvre bête avait dû trainer longtemps sans être nettoyé, ou bien il s’était roulé dans de la boue. Trempé de haut en bas, Merlin regarda alors ses vêtements puis écouta son interlocutrice qui lui posait à nouveau une question.

« En fait, les portes ne sont pas fermées, mais il y a un couvre-feu. Après cela, il y a des patrouilles partout. »

Merlin regarda ensuite autour. Mieux valait qu’il aille se sécher dans les appartements de Gaius. S’il y avait bien quelqu’un qui devait éviter de tomber malade, c’était bien lui. Une seule journée à se reposer dans sa chambre et il s’ennuyait déjà des piques qu’il pouvait lancer à Arthur qui répliquait. Certes, il le trouvait quelque peu arrogant et égoïste, mais il faut dire que Merlin aimait bien l’embêter. Et puis une seule journée de congé lui donnerait deux fois plus de travail le lendemain. En fait, être serviteur n’est pas facile tous les jours.

« Vous voulez vous mettre à l’abri ? Ça vous éviterait d’attraper froid. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   Sam 18 Aoû - 17:30


Ainsi Merlin travaillait avec le médecin de la cour de Caamelot. Il devait donc s'occuper du roi. Peu être que c'était le genre d'homme qui aurait été capable de sauver les doigts de Hasting quand elle les avait stupidement coincés dans un cordage du snekarr. Elle les plia et les déplia dans un geste machinal.

"Médecin. C'est un bon travail ça. Enfin bon. Le dernier à qui j'ai eu à faire ne m'a pas apporté que des bonnes choses."

Merlin lui apprit ensuite que si les portes n'étaient pas fermées la nuit, il y avait un couvre-feu et des patrouilles nocturnes. Les habitants étaient donc assez libres de leurs mouvements mais protégés. Le système plaisait à Hasting. A condition de faire attention, il était tout à fait possible d'entrer et de sortir de la ville, même la nuit.
Un puissant coup de vent arracha sa capuche à la jeune femme, qui la remit sur sa tête mais du la tenir pour ne pas la perdre une seconde fois.
Merlin lui demanda si elle voulait se mettre à l'abri. Hasting hésita quelques instants. L'orage s'amplifiait très rapidement, mais de l'autre coté, ayant été élevée dans un pays où il neigeait 200 jours par ans et où il faisait jamais plus de 25°, elle ne risquait pas trop d'attraper froid. Et puis elle ne connaissait pas Merlin.
La jeune femme fini par se dire que finalement cela lui permettrait de prendre des contacts dans la ville et peu être, de trouver un endroit où passer la nuit.

"Volontier."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sale bête de chien [Merlin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sale bête de chien [Merlin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» 5 millions près pour un chien de garde en Haiti
» Le chien et le dauphin
» autres gifs de chien de race
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin RPG :: Archives RPG-