Partagez | 
 

 I02-2 Nous sommes tous unis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ
avatar
Personnage Non Joueur

PARCHEMINS : 33
ARRIVÉE A CAMELOT : 05/10/2011

Expérience
Combat:
500/1000  (500/1000)
Magie:
0/0  (0/0)
Nature:
0/0  (0/0)

MessageSujet: I02-2 Nous sommes tous unis    Mer 20 Juin - 21:50



*******
    Gaius venait de recevoir un message du Roi, la créature était maintenant aux portes de Camelot. Il devait se rendre dans la citadelle qui allait servir de salle de soins. Il y avait tellement de choses à emporter et Merlin qui n'était même pas là pour l'aider. Mais c'était mieux qu'il soit aux côtés d'Arthur pour affronter la créature magique. Ses pouvoirs magiques seraient plus qu'utiles dans de telles circonstances. Pourvu qu'il ne lui arrive rien, pensa la vieux médecin de la cour en prenant la direction de la citadelle pour soigner les premiers blessés. Il arriva dans la grande pièce, il y avait déjà de nombreuses servantes qui avaient installés des couchettes dans la pièce pour allonger les blessés que Gaius devra soigner. Elles étaient pour l'instant vide, pour la plupart, mais la pièce serrait vite pleine de monde. Il posa sa sacoche sur un coin de table, et jeta un coup d’œil par la fenêtre. La place au cœur de la ville était vide, à part quelques personnes qui courraient en criant pour se mettre à l'abri. Les chevaliers et les gardes de Camelot avaient bien combattu, mais la créature était puissante et redoutable. Il soupira en pensant à Merlin, espérant qu'il n'arrive rien au jeune garçon, qui était comme un fils pour lui. Même si il ne faisait pas toujours ses corvées comme il faut.

    Il fut sortis de ses pensées par une jeune femme, sans doute une servante qui lui demandait où elle pouvait mettre l'eau. Il est vrai qu'il fallait de l'eau pour les pansements, et de nombreuses potions, ou mixtures que le médecin aurait a administré à ses patients. Il va falloir qu'il y fasse attention, la dernière fois que Camelot avait été attaqué, il avait manqué d'eau, et Gwen avait dû sortir pour en ramener.

    "Mettez-là ici" fit Gaius en indiquant un coin de la pièce. Il se détourna de la fenêtre, et cherchant du regard les gens qui se trouvaient dans la pièce. La jeune Morgane était là pour aider tous, même si ce n'était pas la place de la Pupille du Roi. Il savait qu'il ne pourrait pas faire changer d'avis la jeune femme. Même si la savoir ici, le mettait un peu mal à l'aise. Il y avait de nombreuses autres personnes, prêtes à prêter mains fortes au médecin, ils étaient tous unis face à la créature qui menaçait Camelot. Espérons que nous passerons tous la nuit, pensa le vieux homme, en prenant sa sacoche en main...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Mer 20 Juin - 22:24




Une créature allait attaquer Camelot, personne ne savait précisément ce que c'était, ni quelle était sa véritable capacité... mais elle avait déjà détruit pas mal d'habitations, et les premiers blessés n'allaient pas tarder à arriver. En entendant tout le monde s'agiter dans le château, Morgane n'avait donc pas hésité un instant, et avait rejoins Gaïus dans la grande salle. Elle savait qu'il n'allait pas être particulièrement heureux de la voir le rejoindre, la pupille du roi ne devait pas s'exposer au danger, mais elle n'était pas une demoiselle de la cour ordianire, et puis ça ne serait pas la première fois qu'elle soignerait des blessés. Tout était quasiment déjà en place pour faire face, l'eau, les pansements, les potions du médecin personnel d'Uther. Toutes ces petites mains réquisitionnées avait déjà beaucoup fait pour facilité la mise en place des premiers soins.

Malgré tout, notre demoiselle était partagée, bien sûr tout d'abord envers Arthur, elle ne savait pas où il était, est-ce qu'il combattait la créature à cet instant, ou était-il simplement en train de la traquer... en même temps, elle ne devait pas être bien difficile à trouver. Et bien sûr, elle s'inquiétait pour sa soeur, Morgause, qui n'avait pas donné signe de vie depuis cinq jours. La créature l'avait-elle trouvé? Tout ceci était vraiment une position très inconfortable, et alors que le premier blessé arrivait, la jeune femme perdit toute couleur, et son teint devint encore plus pâle qu'à l'ordinaire. Il fallait vraiment qu'elle s'occupe, sinon ses angoisses allaient prendre le dessus.

La panique commençait à se faire sentir dans cette salle qui se remplissait de plus en plus. Certains avaient peur, d'autres voulaient rejoindre les chevaliers qui se battaient au-dehors. Pourtant, Morgane nota une absence... Uther. Ou était-il passé? Gaïus avait reçu sa missive il y a moins de deux heures, et depuis plus rien? Il n'allait quand même pas se mettre en danger dehors? C'est alors que notre demoiselle aperçut des visages familiers, et même dans la tourmente un petit sourire pouvait faire beaucoup...




credit gif: tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Dim 24 Juin - 15:56


Ainsi allait le monde. Du moins ce monde ci. Qu'avait espéré Uther en bannissant la magie de ce royaume? Il n'avait déclenché que la vengeance du peuple magique. Et Dieu seul savait qu'au delà de frontière du royaume, régnait une tout autre hiérarchie naturelle. Si Aaran était venue en tant que représentante des Pictes, ce n'était pas pour faire tâche dans le décor ou bien encore pour effrayer la population. Non c'était bel et bien dans le but de sceller une alliance. Même si Camelot avait moins à offrir que ce peuple guerrier. L'histoire devait continuer à s'écrire, qu'importe les personnages qui y laisseraient leur trace...

Des hurlements s'élevaient de la ville basse. Une horrible tragédie était entrain de s'écrire là, sous nos yeux. Les cœurs nobles et courageux étaient parti défendre la cité contre une créature terrifiante. Une chimère assoiffé de sang qui tuait sans remord le moindre humain qui se mettait en travers de sa route. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle n'atteigne jamais la citadelle. Refuge du bon roi Uther. A l'intérieur de ses murs, c'était le branle bas de combat général. Le précieux médecin de la cours s’affairait à sauver toutes les vies humaines qu'on venait lui confier. Le peuple avait, en plus de cela, élu refuge ici. Que de bonnes idées et d'attention, tandis que la louve arpentait le château, ayant pour mission de s'assurer que l'endroit était sûr et que la bête ne parviendrait pas jusque là. Sa discrétion légendaire la faisait passer inaperçu aux yeux des autres. Attentive, elle était resté un long moment derrière une meurtrière pour observer le combat qui était mené dans la basse ville. Ayant fixé un long moment la créature, elle regréait de ne pas aller se battre. Mais à quoi bon perdre son temps en bas alors qu'aucune arme conçu par les hommes ne pouvaient, semblait-il, passer outre cette peau solide? Il ne fallait pas prendre de risques inutile.

Après un moment à tourner dans le château pour vérifier chaque recoin, elle vint rejoindre Gaïus dans l'hôpital improvisé. C'est là bas même qu'elle vit Dame Morgane, venait porter secours aux pauvres blessés. La louve observait tout cela avec beaucoup de calme, saisissant chaque action, observant leur façon de soigner même si elle n'était pas toujours d'accord avec ça. Enfin, chacune avait sa culture et Aaran n'était pas en pays conquis. Il fallait encore faire ses preuves envers la couronne. Faire ses preuves... Quelle idée absurdes pour une combattante comme elle. Pendant que les autres étaient entrain de s'amuser avec cette sale bestiole, elle était entrain de patienter là avec des invalides. Alors qu'elle avait de quoi rayon se montre de Camelot. Bien sûr que non elle ne faisait pas de la magie. Mais elle possédait une arme efficace. Pour la peine, vous ne saurez même pas de quoi il s'agit. Bien qu'intérieurement elle jubilait de ne pas pouvoir aller au devant du danger. Parfois un loup se devait de rester en retrait pour observer la scène pour avoir une vision d'ensemble des choses. Voilà à quoi se résumait la tâche d'Aaran pour aujourd'hui. En plus elle était princesse, les dames de sont rang ne devaient en aucune façon se retrouver mêlée à pareil situation;

Poussant un soupire, Aaran devait à présent attendre que les choses ses passent. Alors elle voyait passer sous son nez Gaïus et Guenièvre qui s'agitaient dans tous les sens, affichant une expression différente. Pauvres d'eux. Mais il fallait reconnaitre que le vieux médecin savait garder son calme, une qualité reconnaissable en soi. Et puis il y avait Morgane aussi. Elle paraissait inquiète et anxieuse. Voilà donc comment il fallait paraitre dans pareil situation. Le comportement humain était un bonheur à observer quand on avait la capacité de voir au delà du simple fait d'être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Lun 25 Juin - 14:03

Chaos & Kindness


    Bran fut réveillé en sursaut par un cri strident. What the... Il tomba forcément de son lit en tentant tant bien que mal de se rattraper à sa couverture. Malheureusement, cela ne suffit pas à lui éviter un atterrissage douloureux, ce qui ne l'empêcha pas de courir jusqu'à la fenêtre. En bas, les gens couraient dans tous les sens, les enfants pleuraient et la plupart hurlait. Mauvais signe tout ça. Un bruit sourd attira son attention vers la porte de sa chambre. Ah bah oui... l'endroit où il résidait ne lui appartenait absolument pas. Mais qui voulait bien reprendre sa maison à ce moment de chaos ? L'humain était bien mystérieux. N'ayant pas d'autre choix, Bran sauta par la fenêtre. Espèce de fou ! De justesse, il se rattrapa à un étal plus haut que les autres. Comme s'il venait de faire était la chose la plus naturelle du monde, il se releva en s'époussetant l'épaule. Un homme le percuta de plein fouet. Bran tendit la main pour l'aider à se relever mais l'autre préféra la rapidité qui consista à s'écraser à moitié dans la boue en hurlant. Visiblement, y avait un truc grave. Genre... l'arrivée d'un dragon ! Tch, impossible ! Les dragons sont tous morts. Merci Uther !
    Suivant la foule, Bran porta ses pas vers le château. De part sa démarche, on aurait vraiment pu croire qu'il se prenait absolument pas compte de ce qui pouvait bien se passer. D'après ce qu'il entendait, la « bête » progressait vers le château. Pourquoi se réfugier là alors ? Parce que Camelot n'est jamais tombé, crétin ! Arrête de faire ton prétentieux et cours te cacher entre les murs. Soudain, sans vraiment comprendre pourquoi, la foule fut plus dense, ressemblant davantage à une marée humaine emportant le petit voleur avec eux.

    C'est donc après une bonne dizaine de « face contre terre » qu'il se retrouva sur la grande place de Camelot. Se massant la nuque, il scruta le peuple réfugié en masse. Nom d'une corneille crevée, y avait autant de monde que ça ? Un cri derrière lui rappela la gravité de la situation. Plusieurs hommes en apportaient d'autres sur des brancards. Wouah ! C'était du sérieux ! Arrête d'être si hautain, Bran ! C'était la seconde fois qu'il pénétrait dans l'enceinte du château. Hey ! Si on profitait de la débandade pour voler des trucs ? Quelle magnifique façon de pensée ! Faut craindre pour sa vie pour le moment, espèce d'idiot ! Dans quelques instants, la créature allait tout raser et ne tarderait pas à se trouver à ta place même. Tu es vraiment la réincarnation de l'Inconscience.
    Le brancard passa devant lui. Le blessé n'avait plus de visage et sa jambe n'était plus que bouilli de chair et d'os. Charmant. N'y réfléchissant pas vraiment, il suivit le petit mouvement jusqu'à la grande salle. Il y avait déjà un grand nombre de blessés et il ne fallait même pas compté le nombre de personne qu'on avait laissé en chemin par souci de poids ou de blessures. Bran scruta ses mains. Son don. Oh bien sûr, il n'y avait aucune chance qu'il puisse faire repousser des membres, mais il pouvait très bien faire tomber la fièvre ou protéger des infections. Élan d'empathie ? Ça ne te ressemble pas. Surtout que bon... là il était dans la grotte de l'ours. Pas question de dévier du « droit » chemin.

    - Tu sais où est-ce qu'elle est ma maman ?

    Sans vraiment s'en rendre compte, un gamin s'était approché de lui. Bran le regarda avec des grands yeux. Avait-il vraiment l'air de ressembler à quelqu'un de fréquentable ? Les enfants sont si innocents. Le voleur finit par lui offrit son plus beau sourire et le prit dans ses bras. Autant se rendre utile dans ce chaos ; des personnes semblaient être dans le besoin. Allons-y petit bonhomme, à quoi ressemble ta maman ? Elle est belle ? Brandon !
    Il s'arrêta soudainement. Il venait d'apercevoir la Lady Morgane. Sans comprendre pourquoi, il sentit ses muscles se contracter. Elle avait l'air d'être si inquiète. Normal en même temps, c'était aussi son peuple qui mourait. En parlant de peuple, celui qui devait s'en préoccuper le plus devait être ce magnifique roi, mais Bran ne l'avait pas encore vu son ombre. Non ne dîtes rien ! Il est parti se réfugier dans ses appartements comme un rat ? Vive notre bon roi !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Dim 1 Juil - 22:56



La panique, la foule, la peur... Tout ce que Liberty détestait de plus au monde semblait s'être imposé à Camelot ce jour-là. Que se passait-il encore pour que des cris apeurés résonnent dans toute la ville ? A les entendre, on aurait pu croire que tous se faisaient poursuivre par une grosse vilaine bêbête voulant les manger... Songeantt à cette hypothèse décidément improbable, Liberty esquissa un sourire nerveux. Les créatures magiques ne pouvaient pas atterrir à Camelot... pas après la guerre acharnée du roi Uther pour préserver ce lieu de toute trace de magie. Non décidément, ce ne devait pas être si grave...

La jeune noble ne pouvait cependant ignorer plus longtemps ces complaintes, ces gens se bousculant, courant partout s'isoler, se mettre à l'abri... Intriguée, elle descendit les marches du Château et retrouva un peu plus d'agitation dans la grande salle. Lorsqu'elle franchit le seuil, son sang se glaça immédiatement. La pièce commençait à être bondée. La peur. Une peur sinistre et froide, une atmosphère angoissante qui régnait en maître seul, accablait les habitants de Camelot. Ils semblaient perdus, désorientés, terrorisés. Certains faisaient soigner leurs blessures, d'autres aidaient, quelques uns tentaient de se rassurer mais tous paraissaient au fond tétanisés, malgré ce qu'ils souhaitaient montrer.
Liberty resta figée un moment, seule, à contempler les autres s'agiter devant ses yeux, incapable de faire le moindre mouvement ou de prendre la moindre initiative. Finalement, parmi les foules de questions qui se bousculaient dans sa tête, une seule se démarqua. Elle se mit à fouiller du regard toute la salle pour trouver un visage familier... Gaius, et surtout Morgane... Mais impossible de déchiffrer d'autres traits connus. Elle s'approcha donc discrètement de la jeune femme et bien que leurs rapports n'étaient pas toujours évidents, elle osa lui demander enfin :

- Mon Dieu mais que se passe-t-il... ?

Question ridicule. Des gens mouraient, d'autres étaient blessés gravement, on essayait de les soigner, voilà ce qu'il se passait ! Liberty balaya la salle des yeux une dernière fois et attrapa quelques pansements. "Il faut que j'apporte mon aide... C'est la seule chose utile que je saurais faire". Oui, parce que dans ces moments-là, on se sent toujours coupable de ne rien faire, de ne pas agir alors qu'on en a l'opportunité et si en plus la culpabilité devait peser sur elle, Liberty allait finir par sombrer totalement. Elle aurait aimé fermer les yeux, puis les rouvrir et redécouvrir cette salle sous son jour habituel, sans ce vacarme assourdissant et cette vision de terreur. Elle aurait aimé que tout cela ne soit qu'un rêve. Mais la réalité était si frappante, si touchante... que même rêver de ça était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Lun 9 Juil - 15:49

La panique gagnait à présent l'ensemble du château, ça n'était plus seulement cette salle qui était dans la tourmente, non, tous les occupants étaient maintenant venus prêter main-forte à ceux qui soignaient déjà. Et effectivement, de nouveaux arrivants n'étaient pas de trop, car la bête à l'extérieur était en train de faire de terribles ravages. Pourquoi avait-elle choisi Camelot? Évidemment, personne n'aurait jamais la réponse à une telle question, surtout quand il s'agit d'une bête sauvage, et apparemment magique...

Aaran fit son entrée dans la salle, Morgane mit un certain temps avant de l'apercevoir. Comme à son habitude, la princesse picte ne laissait transparaitre aucune émotion. Notre demoiselle l'enviait beaucoup à cet instant d'avoir une telle maitrise de ses sentiments, car elle était en plein désarroi, trop de personnes étaient blessés, et trop grièvement, elle ne pouvait pas venir en aide à tout le monde, et Gaius s'occupait seulement des cas critiques... Oui, Morgane était un peu dépassée, mais quand leurs regards se croisèrent, elle lui adressa un petit salut de la tête. Un signe discret, mais qui voulait signifier qu'elle l'avait vu, et que surtout elle lui était reconnaissante de venir.

Mais elle fut vite ramener à autre chose, Liberty venait de la rejoindre et elle semblait complètement perdue dans un tel chaos. Dans de telles circonstances, les rancunes et autres colères secrètes ou révélées, se taisent pour laisser place à l'humanité. Et Morgane n'avait aucune envie d'envoyer paitre la pauvre demoiselle. Elle réfléchit rapidement, il fallait éloigner la jeune femme des personnes les plus atteintes, sinon elle risquait de vraiment être très choquée, elle décida donc de lui confier une tâche moindre, mais d'une importance capitale.


- Liberty! Je n'en suis pas tout à fait certaine, une créature nous attaque.... pourriez-vous distribuer de l'eau à toutes personnes qui en auraient besoin dans cette salle. Je ne serai pas loin de vous si vous avez le moindre problème.

Elle l'encouragea d'un petit sourire qui se voulait convaincant, mais le coeur n'y était plus au milieu de tous ces blessés. Elle ne voulait en aucun cas obliger la jeune femme à faire quoique ce soit, mais Gaius lui avait bien expliquer que toute personne perturbée devait recevoir une tâche pour l'obliger à penser à autre chose. La distribution de l'eau potable était vraiment un élément essentiel, et puis Liberty était très douce, elle saurait trouver les mots pour apaiser les plus affaiblis.

Notre demoiselle quitta donc sa protégée du moment, pour rejoindre un blessé qui semblait perdu. Et effectivement, quelques instants plus tard, il rendait son dernier soupir dans les bras de la pupille du Roi. Peut-être une mort douce pour certains, mais une vision terrible pour la jeune femme qui s'éloigna toute tremblante de la dépouille. Elle alla le signaler au médecin de la cour, qui le fit mettre avec les autres corps dans une salle attenante. Morgane observa cette salle qui était maintenant une véritable champs de bataille, vivants et agonisants étaient mélangés sans plus aucune distinction, tous étaient presque entièrement couverts de sang.

C'est alors que son regard se posa sur un jeune homme qu'elle connaissait bien... Brandon. Elle traversa la salle pour le rejoindre, le sorcier avait un jeune enfant dans les bras. La princesse posa une main apaisante sur la joue du petit pour calmer ses sanglots et lui glissa quelques mots rassurants à propos de ses parents. En réalité, elle ne savait bien sûr rien de ces personnes, mais il fallait être convaincante, et elle l'était plutôt pas mal depuis le début.


- Je suis heureuse de vous voir ici adressa t-elle à Bran avec un léger sourire. C'est la panique ici, partout dans le château, et rien ne semble s'arranger dehors... Avez-vous vu mon frère?

Il avait passé plus de temps à l'extérieur, qui n'importe qui d'autre ici, si Arthur était en train de se battre, il devait le savoir. Autant avoir des nouvelles d'Arthur à défaut de trouver Uther... Mais elle ne put avoir sa réponse car un bruit terrible retentit dans toute la salle. Quelque chose venait de détruire une partie de l'aile gauche du château. La bête? Morgane ne pouvait le savoir, elle posa un regard inquiet sur son ami. Plus personne ne bougeait dans la salle, tous écoutaient les moindres bruits qui pouvaient parvenir jusqu'ici. Mais plus rien, si c'était la bête, elle avait du repartir.

Elle recommanda à Bran de garder l'enfant avec lui tant que personne n'avait trouver ses parents, car la panique était généralement source de drame, surtout chez les petits qui pouvaient se faire marcher dessus très facilement, et lui demanda de faire très attention à lui. Après quoi elle essaya d'aller voir ce qu'il se passait dans le couloir, mais rien ne venait, plus de bruit... et toujours pas d'Uther. Alors elle retourna aux soins.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Mer 11 Juil - 23:30


Voilà donc comment réagissait le fière royaume de Camelot lors d'attaques? Son père désirait il réellement faire alliance avec un peuple aussi poltron? Non, les pictes n'étaient vraiment pas du genre à s'allier avec des faibles. Mais après tout, ce n'était que le début de l'attaque. Le Sud possédait un art de la guerre bien différent du Nord. La chaleur devant sans doute les ramollir. Mais lorsque l'on vivant dans le froid, la survie ne dépendant que de sa capacité à rester actif. Aaran était comme insensible au malheur de ces hommes et de ces femmes. La vue du sang et de la chair à vif ne lui donnait nullement de haut le cœur. Sur un champ de bataille plus d'une personne aurait tourné de l’œil. Alors ici ou ailleurs, pourquoi se rendre malade quand l'on devait survivre avant tout? Décidément, ces gens là n'avaient aucune logiques et pas le moindre sens dans les cas critiques. La louve continua de roder dans la pièce, invisible pour ceux qui tentaient de sauver des vies. Tapis dans l'ombre, elle remarqua quelques personnages qui ne semblaient pas savoir ce qu'ils faisaient là et ignoraient passablement ce qui se passait dehors. Et puis ce cher Uther qui daignait montré le bout de son nez. Était il caché dans sa chambre. Ce Roi sans pitié avait il peur? Non, la picte avait compris qu'il n'était pas dans son tempérament.

Soudain un bruit terrible. Comme si le ciel leur tombait sur la tête. Aaran se faufila en dehors de la salle pour retourner roder dans les couloirs pour voir ce qui se passait à l'extérieur. Avaient ils réussi à mettre le monstre en déroute? C'était fort peu probable puis que d'après ce qu'elle avait pu observer, les lames n'entamaient même pas la cuirasse de la bête. La louve était curieuse et intriguée par ce qui pouvait bien se passer à l'extérieur. Non pas qu'elle était réellement frustrée de ne pas pouvoir aller guerroyer, mais elle n'avait pas vraiment eu l'occasion d'aller observer avec attention l'adresse des chevaliers de Camelot. Ceux ci même qui étaient assez réputés par delà des frontières connues. Il fallait croire qu'elle avait mal choisi sa place ce jour là. Comment juger objectivement ce royaume si elle ne pouvait en voir toute les facettes? Trêve de bavardage. Il fallait aller voir ce qu'il pouvait bien se passer dehors pour que les bruits parviennent jusqu'au château en en faisant trembler ses murs.
La louve avait rejoint les couloirs après avoir quitter la salle. Les soldats et le peu de serviteurs qui s'y trouvaient, courraient dans tous les sens. La panique les avait corrompu. Vraiment pitoyable... Et ainsi dut elle rejoindre les remparts d'un pas rapide. De la le spectacle se dessinait devant elle. La créature bondissant d'un mur pour venir détruire une maison. Pourquoi avait elle fait cela? Aaran n'en savait rien. Jusqu'à ce que le feu commence à enflammer la chaumière en ruine. Très rapidement le feu se propagea aux autres maisons. En bas les hommes du roi criaient pour leur vie mais aussi pour tenter d'organiser la contre attaque. La grande place avait pris une teinte rouge orangé. Les visages sombres des humains n'exprimaient plus que concentration. Et il en fallait beaucoup pour anticiper les mouvements d'une créature qui semblait animée d'un désir de destruction. Chaque personne qui osait s'en approcher, était écarté à coup de patte et de queue. La Chimère semblait prendre un malin plaisir à les voir souffrir. La picte tenta vainement de reconnaitre certaines personnes. Mais même avec la lueur de l'incendie, les gens se ressemblaient tous. Agitant frénétiquement leur épée quand ils en avaient une, valsant dans les airs, parfois en hurlant. Voici donc à quoi ressemblait le visage de Camelot dans les pires moment?

Aaran devait à présent retourner à l'intérieur pour aller donner la nouvelle. La ville basse ne serait bientôt plus que flammes. L'enfer était sorti des entrailles de la terre pour maudire ceux qui avaient chasser la magie de leur royaume. Alors dans sa fureur, le diable avait envoyé un démon pour se venger de cet affront. Mais l'histoire, à l'avenir, ne gardera nul trace de cette bataille. Pas une minute à perdre. La Princesse parti en courant pour retourner dans la grande salle. La peur se lisait sur chacune des visages qu'elle croisait. Impossible de les réconforter car la vérité ne le permettait malheureusement pas. Alors elle restait muette jusqu'à ce qu'elle eu franchis les portes. Aaran se dirigea vers Gaius, remarquant quelques têtes intriguées de la voir aussi calme. Elle pris alors un air désolé pour appuyer les quelques mots qu'elle allait prononcer. « La ville basse est en feu. Impossible de savoir combien il reste d'hommes vivants. Le bilan risque d’être lourd. » La louve tourna alors doucement et tristement la tete vers Morgane. « Je suis désolée, mais je ne sais pas non plus si le Prince Arthur est encore en vie. Ce n'est plus qu'une question de temps. » Hélas pour une fois elle aurait tellement voulu avoir tord pour ne pas voir se dessiner horreur et déception sur les visages du médecin de la cours et la pupille du roi. Que faire à présent? Elle ne pouvait pas courir dans se brasier sans nom et les laisser en plan. Mais il ne fallait pas compter sur elle pour faire les soins. Avec elle une amputation pouvait aller vite... très vite. D'autant plus que les remèdes Pictes risquaient de ne pas faire l'unanimité dans le cadre actuel des choses. Elle n'avait d'autre chose que de repartir errer dans les couloirs du château pour observer le combat de la ville basse. En espérant comme tous le monde que la chimère ne réussisse pas à les atteindre dans leur repère.
Revenir en haut Aller en bas
Lucy
avatar
Administratrice

PARCHEMINS : 2005
ARRIVÉE A CAMELOT : 11/06/2012

Expérience
Combat:
0/1000  (0/1000)
Magie:
0/1000  (0/1000)
Nature:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Lun 16 Juil - 20:32

    Lucy courrait tenant toujours la petite fille dans ses bras, elle ne voulait pas savoir ce qui se passait derrière elle, peu importe que sa maison brûle ou que sa vaisselle préféré soit cassée, elle voulait surtout rester en vie. Elle monta les escaliers du château, derrière le groupe de villageois que Arthur, son héros avait pu guider en sécurité. Elle arriva devant la porte et parvint à entrer, elle était à l'intérieur et se sentait en sécurité entre les murs de Camelot. Elle soupira et posa doucement la petite fille sur le sol. Il y avait plein de gens qui courraient dans tous les sens. Lucy prit la main de la fillette et ensemble elles se mirent à marcher vers la grande salle d'audience du Roi. La jeune demoiselle connaissait les lieux, mais les connaissait plein de vies, et pleine de lumière. Là, les murs étaient remplis de terreur et de mort, et la lumière qui éclairer son chemin était celle de Lune, témoin de ses atrocités, et les quelques bougies par-ci, par-là.

    Elles arrivèrent enfin dans la grande salle d'audience du Roi, et le spectacle qui s'offrait à elle, était des plus tristes, et des plus atroces. Des gens blessés, allongées sur des lits de fortunes, certains étaient même allongés par terre. Beaucoup allait mourir, certains se retrouveraient peut-être trop blessé, pour continuer à vivre doucement. Lucy vit son frère Richard, venir vers elle. Il la prit dans ses bras, rassurée de la voir en vie. La jeune femme se mit à pleurer, son frère lui essuya ses larmes, mais repartit aider un homme apporter une femme pour l'amener vers Gaius le médecin de la cour. Lucy tenant toujours la main de la petite fille, s'avança dans la pièce. Elle entrevit la Pupille du Roi, et une autre femme, qui lui fit peur, elle décida de s'éloigner du groupe tenant toujours la fillette prés d'elle, comme si la protéger lui permettait d'oublier un peu ce qui était entrain d'arriver! Elle vit un autre homme tenait prés de lui un autre enfant, elle alla donc vers lui pour se mettre à l'abri des pas précipités de tout le monde et des bousculades possibles.


    Lucy se laissa glisser le long d'un mur, avec la petite fille à ses côtés, et leva les yeux vers l'homme et le petit garçon.

    "Cet enfer, va bientôt finir, n'est-ce pas?" demanda-t-elle sans vraiment savoir si il pouvait avoir la réponse à cette question, personne n'avait la réponse à cette question, sauf peut-être le responsable de tout ça, à savoir la créature dehors. Qui avait mit le feu à la ville basse, qui avait tué des centaines de personne, qui avait blessé beaucoup d'autres, et continuait de piétiner et de détruire leurs maisons.à tous Au bout d'un moment, plusieurs enfants perdus vinrent aux aussi s'asseoir contre le mur. Lucy se leva, et rassura la petite fille qu'elle allait vite revenir. Elle fit le tour de la pièce, pour rassembler les enfants, le plus loin possible de la porte d'entrée, pour les asseoir contre un mur, afin de les mettre à l'abri, et qu'ils ne gênent pas ceux qui apporter les secours aux blessés. La nuit allait être longue, vraiment trés longue!
Revenir en haut Aller en bas
http://merlinrpg.forumgratuit.org/
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Jeu 26 Juil - 15:54

Don't be stubid !


    Il se sentait mal. Cette impression, ça faisait bien des années qu'il ne l'avait jamais senti. Tout était bien plus important que ce qu'il considérait. Le sentiment qu'il prenait trop les choses à la légère. Y avait des gens qui pleuraient, d'autres qui étaient tétanisés par la peur. Bran était dans l'incapacité intellectuelle d'être sérieux. Tout n'était pas si grave. Quand on y pensait, c'était tout simplement pour cacher ses faiblesses qu'il agissait de cette façon. D'ailleurs, il ne montrait jamais qu'il avait peur et on avait toujours l'impression que rien ne comptait vraiment pour lui.

    - Je suis heureuse de vous voir ici. C'est la panique ici, partout dans le château, et rien ne semble s'arranger dehors... Avez-vous vu mon frère?

    Morgane l'avait vu et était venu droit sur lui. L’inquiétude se lisait sur son visage. Comment en aurait-il pu être autrement ? Un autre bruit sourd fit trembler les murs. Le gosse réfugia sa tête dans l'aisselle de son soit-disant protecteur. Ce dernier ne fixait que la Dame devant lui. Elle lui conseilla de garder l'enfant avec lui. Oulà quoi ? Lui qui s'attendait à ce qu'elle le prenne dans ses bras avec un instinct maternel, c'était complètement raté. Son ange partit. Il cligna rapidement des yeux comme s'il cherchait quelque chose à rétorquer mais trop tard. Un autre bruit et cette fois, Bran se courba en protégeant la tête de l'enfant. Ah.... franchement... Il le regarda en pensant que pour cette fois, il ferait un effort.

    "Cet enfer, va bientôt finir, n'est-ce pas?"

    Une jeune fille blonde venait de s'approcher de lui. Il ne se rappelait pas l'avoir déjà vu quelque part mais il se souvint que lorsque plusieurs personnes combattaient le même ennemi, il était normal qu'on adresse la parole à ses alliés. Bran ne combattait absolument rien mais il lui adressa un sourire.

    - Je crois qu'on en a pour un bon bout de temps si personne ne fait rien.

    Sans le vouloir, il avait un peu critiqué la compétence de l'armée et du prince Arthur, mais il n'essaya pas de se rattraper. C'était un peu vrai. Ça devait être un énorme monstre venu des ténèbres les plus profondes... bouuuh ! Mais c'était pas leur métier de combattre ? Oulà Bran ! D'où te vient cette profonde colère ? Le prince protège son peuple, non ? Que peut-il faire de plus ? Utiliser son cerveau. N'attendant pas la réponse ou la remarque de la villageoise, il se dirigea vers la sortie. Eh mais où tu vas comme ça ? Le gamin se mit à chouiner.

    - Raah mais ferme-là !

    Bran... c'est pas comme ça que tu vas le réconforter. Ta Dame ne t'as pas ordonné de veiller sur lui ? Il s'arrêta net. Son instinct primitif de suicidaire lui disait d'aller voir ce qui se passait et un autre sentiment... inconnu celui-là, lui disait de rentrer se terrer sur le champ. Qu'à cela ne tienne, il ramena la tête de son protégé sur son épaule et s'élança au dehors. Il murmura des paroles apaisantes en grimpant sur les remparts, mais le gosse avait l'air de s'être calmé. Bizarre celui-là aussi. Il aperçut la bête. Nom de lui-même ! Mais... c'était... Ah quoi bon le savoir, c'était bien trop loin. Sa culture magique n'aiderait pas ici. Il songea immédiatement à son don. Vraiment ? Fallait forcément qu'il se rende utile ? Il avait toujours été égoïste avec cette habilité, se prenant à moitié pour le nouveau dieu descendu sur terre.
    Il revint dans la salle avec le sentiment que son action précédente avait été inutile. L'endroit grouillait de gens. Fallait rester en place aussi ! Il finit par trouver une petite place où il s'installa avec son petit compagnon. A leurs côtés, un vieillard toussait à s'en décrocher la mâchoire. Avec un soupir, Bran lui attrapa l'épaule :

    - Ça va aller mon vieux... t'inquiète pas.

    Il sourit. Oui, ça irait pour l'instant.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Ven 27 Juil - 1:50

Tout c'était passer tellement vite. La jeune Sorcière n'était allée acheter que du pain, quand cela s'est produit. Une créature attaqua le royaume de Camelot. Azénor ne savait pas ce que c'était. Les gens autour d'elle s'étaient mirent à hurler.

La jeune Ravenwolf rejoignit en courant sa tante qui était au magasin d'à coté. Dana agrippa le bras de sa nièce et l'entraîna vers le château. Azénor trébucha et tomba lourdement sur le sol poussiéreux. Elle se brisa le cheville. Dana l'aida à se relever et l'amena au château.

Quelques minutes passèrent et les deux femmes arrivèrent dans la salle d'audience du roi.


- Assis toi là, fit Dana. en pointant une des rares tables où personnes n'était allongé.

Azénor s'exécuta. Sa cheville lui faisait énormément souffrir. Mais pas autant qu'entendre les cris de ceux qui était gravement blesser.

Elle voulait faire quelque chose, se rendre utile. Elle ne voulait pas rester là à attendre que quelque chose se passer. Elle ne pouvait supporter le fait que des gens meurt. Elle étaient prête à tout....même à utiliser sa magie.

*Tant pis si le Roi me fait exécuter! Je préfère mourir en sachant que j'ai sauver des vies que de vivre sans avoir rien fait pour eux.*

La Sorcière se leva et fit quelques pas avant de tomber sur le sol de pierres. Sa tante l'aida encore une fois.

- Mais qu'est-ce que tu fait?

- Je veux aller aider ces pauvres gens qui sont encore dehors.

- Mais tu ne peux pas. Tu es blesser et de toute façon, comment compterais-tu t'y prendre?

Azénor regarda la femme dans les yeux. Elle connaissait la réponse. Dana comprit et secoua la tête en murmurant:

- Ce n'est pas sur la jambe que tu es tomber, mais sur la tête! Si le Roi sait ce que tu es, il te fera exécuter.

- Tu veux peut-être que je laisse nos voisins et amis mourir sans avoir fait l'impossible pour les sauver?

Dana fit asseoir sa nièce sur la table.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Dim 29 Juil - 22:52

Liberty fixait Dame Morgane avec un air de chien battu, d'abord incapable de prononcer le moindre mot lorsqu'elle réalisa qu'une créature les attaquait réellement. Elle inspira profondément. Si elle était totalement morte de peur, elle ne pouvait se permettre de laisser transparaître sa crainte plus longtemps devant autant de monde. Liberty cessa de regarder autour d'elle d'un air inquiet et reporta toute son attention sur Morgane.

- Liberty! Je n'en suis pas tout à fait certaine, une créature nous attaque.... pourriez-vous distribuer de l'eau à toutes personnes qui en auraient besoin dans cette salle. Je ne serai pas loin de vous si vous avez le moindre problème.
- Bien-sûr Morgane, vous pouvez compter sur moi...


Elle laissa la jeune femme s'éloigner pour s'occuper d'autres blessés qui réclamaient sa présence. Liberty avait beau parfois rivaliser avec Morgane, elle admirait le courage et la détermination dont elle faisait preuve dans un moment si chaotique. La jeune noble aurait souhaité se montrer aussi forte qu'elle et surmonter ses craintes même lorsque dans le cas présent elles étaient amplement justifiées. Luttant contre sa volonté, Liberty se décida à se concentrer sur la tâche que Morgane lui avait confié... De l'eau.


Le calme ne faisait que se muer en un vacarme assourdissant à mesure que le temps filait. De nouvelles personnes apparaissaient, d'autres blessés à soigner - pour Liberty, d'autres habitants de Camelot à hydrater - et toujours cette panique qui ne cessait de croître intensivement. La distribution de l'eau avait quelque peu apaisé l'esprit encombré de la jeune fille, satisfaite de pouvoir être un minimum utile dans un tel moment. D'abord nerveuse, elle avait repris quelque peu confiance en elle et commençait doucement à tenter de rassurer les autres. Mais au fond, elle ignorait ce qui se passait réellement à l'extérieur... comment aurait-elle pu les calmer alors ? Il fallait improviser des excuses, inventer des solutions improbables et rester optimiste pour paraître un minimum crédible.

Soudain, Liberty repéra la guerrière picte se dirigeant vers Gaius et Morgane. Elle ne prêta d'abord pas grande attention à ce détail et poursuivit sa mission du moment, mais lorsqu'elle passa près d'eux, son sang se glaça.


- La ville basse est en feu. Impossible de savoir combien il reste d'hommes vivants. Le bilan risque d’être lourd.

Liberty prenait enfin conscience de l'étendue et des conséquences de cette situation. Des gens mouraient. Beaucoup plus qu'elle ne pouvait l'imaginer. Et elle, restait là à distribuer de l'eau. Le sentiment d'utilité s'évapora instantanément et laissa la jeune Liberty perplexe. Elle fixa un moment une jeune fille blonde qui rassemblait quelques enfants dans un coin et quand leurs regards se croisèrent, elle esquissa un maigre sourire de réconfort. C'était peut-être rien, mais dans ces moments-là, un sourire est toujours bon à prendre.

- C'est horrible... Camelot est perdu, lui glissa-t-elle doucement.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
avatar
Personnage Non Joueur

PARCHEMINS : 33
ARRIVÉE A CAMELOT : 05/10/2011

Expérience
Combat:
500/1000  (500/1000)
Magie:
0/0  (0/0)
Nature:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Lun 30 Juil - 22:56


    C'était terrible. Gaius, malgré son calme, ne pouvait s’empêcher de penser à toutes ces vies qu'il ne pourrait surement pas sauver. Même en étant médecin, il ne pouvait être partout. La solution à tout cela se trouvait dans la magie, il le savait bien. Mais Uther introuvable il était impossible d'en user. Et puis par loyauté pour la couronne, il avait abandonné l'utilisation de tout cela. Le vieille homme ne pouvait que prodiguer les soins les plus naturels qu'il pouvait. Autant dire que l'agitation qui régnait dans la pièce n'était pas pour l'aider. Heureusement pour lui, il avait l'aide de Dame Morgane. Une jeune femme qui venait volontiers en aide aux autres, même si depuis quelques temps il la trouvait changé. Mais pour cette nuit, là n'était pas la question. Impossible de savoir ce qu'il se passait dehors. Et le médecin de la cour était bien trop occupé par les blessés pour ce soucier du reste. Il n'entendait que des mots à droite et à gauche tandis qu'il soignait un homme d'une quarantaine d'année qui c'était cassé la jambe. Il semblait souffrir le martyr et Gaius avait bien peur de devoir lui amputer la jambe si jamais il y avait une hémorragie interne. Il fallait pourtant attendre de voir ce que tout cela allait donner.

    Le médecin se redressa et passa à une demoiselle blessée à la cheville. Il en profita pour lever la tête et regarder autour de lui. Beaucoup de monde en perspective. Il repéra quelques têtes connues. Mais la plus part ne lui disait rien dans cette pagaille. Il ne fallait surtout pas faire dans les sentiments avec une situation pareil. Gaius continuait de garder la tête froide pour rester concentrer sur ce qu'il faisait, ne prêtant plus du tout à ce qu'il se disait autour de lui. De toute façon cela ne changerait rien au problème actuel. Il lui fallait de l'eau, ou était donc l'eau? Il regarda autour de lui pour trouver un sceau d'eau fraîche. Ce n'est qu'à ce moment là qu'il vit Dame Morgane et la princesse picte discuter ensemble. Enfin on ne pouvait pas vraiment appeler ça discuter. La guerrière annonçait un bilan assez négatif de l'attaque de Camelot par la créature. Gaius ne put qu'avoir une pensée pour Uther. Aucune nouvelles d'Arthur, cela risquait fort de compliquer les choses. Et la jeune Morgane semblait complètement paniquer. Mais il ne semblait pas n'y avoir qu'elle. Le médecin aussi était inquiet à cette nouvelle. Il s'adressa alors aux deux jeunes femmes.
    "Il vous faut trouver Uther, et vite!" Lui même ne pouvait rien faire. Et face à tout cela, il fallait trouver le roi au plus vite. Sans doute était il entrain de réfléchir à une stratégie de défense ou bien encore comprendre pourquoi cette attaque. Lui seul devait d'ailleurs en avoir la réponse. Il ne fallait pas non plus croire qu'il était désespéré au point de confier cette mission à n'importe qui. Non bien sur que non. Mais Dame Morgane, aidé d'une pisteuse, était la plus apte à pouvoir faire quelque chose.

    Lui même s'en devait déjà retourne à ses blessés et à la quête de l'eau. Il repéra alors une noble du château à qui l'on avait confié à la tache de distribuer de l'eau.
    "Dame Liberty, merci de venir par ici s'il vous plait." Gaius lança alors un regard circulaire autour de la pièce. L'endroit si grand habituellement, était devenu étrangement restreint. Difficile de se mouvoir correctement. Et où donc avait bien pu passer Merlin? Ce n'était vraiment pas le moment de faire le mort. D'autant plus qu'il y avait beaucoup de blessures aux jambes, sans aucun doute causé par la panique dans les rues. Beaucoup avaient couru pour arriver ici. La demoiselle qu'il soignait était une jeune femme à la chevelure blonde. Elle ne semblait pas bien ravis d’être ici et aurait préféré sans doute aller aider les chevaliers de Camelot. Mais il fallait parfois savoir garde ses forces. "Il ne faudra plus bouger pendant un petit moment maintenant" dit il après avoir fait le bandage. A coté d'elle devait se tenir un membre de sa famille. Gaius leur adressa à toutes les deux un sourire avait de se lever à nouveau. C'est là qu'un grand fracas se fit entendre dans le château, un bruit lourd et violent qui fit trembler l'air et le sol. Le vieille homme se rattrapa à ce qu'il put pour ne pas tomber à terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Jeu 2 Aoû - 22:25

La salle était à présent méconnaissable, plus le temps avançait et plus la catastrophe devenait tragédie, on pouvait facilement penser qu’aucune famille habitant à Camelot n’avait été épargné. La princesse picte n’arrangea pas les choses en annonçant que c’était bien pire dehors, la fin était proche. D’ailleurs c’était une image que beaucoup de personne partageait ici. En même temps c’était tout à fait légitime de penser une telle chose dans un chaos tel. Morgane eu soudain envie de crier, pourquoi il craignait la fin, alors que dehors les chevaliers se battaient pour protéger le château, la moindre des choses était de garder espoir, tout n’est jamais tout noir, et il y aura surement un dénouement ici aussi. Il fallait juste espérer qu’il soit bon, et non tout à fait funeste comme cela semblait en prendre le chemin.

En regardant rapidement la salle, notre demoiselle aperçut Liberty qui gérait parfaitement la tache qu’elle lui avait attribué. Même si certains gestes trahissait son inquiétude, elle semblait tout de même beaucoup moins paniquée, et Morgane était fière d’avoir pu soulager quelque peu la demoiselle. En tout cas, une chose était cetaine, à aider Gaïus dans un tel moment, elle avait notre princesse avait fait de très gros progrès en médecine. Elle ne se débrouillait déjà pas si mal avant, mais là, le médecin d’Uther allait bientôt pouvoir prendre sa retraite si ça continuait ! Il vint d’ailleurs la trouver pour lui dire qu’Uther devait rapidement intervenir, pour cela, il lui demanda d’aller à sa rencontre avec Aaran. Morgane lança un regard assez entendu à son nouveau binome, et approuva ce que lui disait le vieil homme.


- N’ayez crainte Gaïus, nous trouverons Uther. Elle sourit alors de manière très peu convaincante et ajouta. Tout cela va bientôt prendre fin, il faut garder espoir.

Le duo nouvellement formé, traversa donc la salle rapidement, plus aucune seconde n’était à perdre, le Roi était absent et son royaume se mourrait, qui sait ce qui pouvait en découler… Alors que Morgane jetait un dernier regard en arrière, et que les deux jeunes femmes traversaient la porte, le sol se mit soudain à trembler, et plusieurs pierres du plafond se détachèrent pour boucher complètement l’accès à la salle. Un mur de gravas s'était maintenant élevé entre elles, et toutes les personnes de la salle. Impossible pour eux de quitter cet espace clos. Dans tout cet éboulement, une pierre vint cogner le bras de la pupille du roi, un saignement impressionnant s’en suivit, mais rien n’était cassé, c’est ce que la demoiselle s’assura en se relevant d’un tel choc. A ses côtés, Aaran n’avait rien, et semblait même ne pas avoir senti la secousse. Les pictes avaient vraiment une très grande maitrise de leur environnement.
Notre demoiselle se précipita vers les pierres qui obstruaient complètement le passage pour essayer d’entendre ce qu’il se passait à l’intérieur, mais rien ne lui parvenait…. Espérons que personne n’avait été blessé dans cet effondrement aussi imprévisible que surprenant. Provenait-il encore de la bête ?... On pouvait en douter, car ses rugissements étaient lointains.


- Trouvons Uther rapidement, il nous reste très peu de temps

Sur ces mots, la jeune femme se mit à courir dans les couloirs en direction des appartements royaux. Le Roi n’allait certainement pas être simple à trouver, mais il fallait pourtant que cela se fasse, et rapidement qui plus est. Le bras blessé de Morgane lui était de plus en plus douloureux, à mesure que le sang s’en échappait, mais elle poursuivait sa course, comme animée par une force invisible qui lui redonnait de la force pour poursuivre sa quête. Il faut dire qu’à ces côtés, la princesse Picte était très en forme, sa foulée était rapide et aérienne, rien à voir avec l’encombrement que sa propre robe pouvait lui causer.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Mar 7 Aoû - 15:41


Ainsi devions nous partir à la recherche du Roi Uther. Il était vrai que ce dernier avait su se montrer plus discret que la louve picte. Et le pauvre Gaius avait ouïe ce que j'avais dit. Il fallait avouer que tout le monde avait les oreilles qui trainaient et que la proximité ne permettait pas la discrétion. Le médecin leur avait alors demandé d'en informer le roi. Alors soit, Aaran avait déjà pris la direction de la sortie pour quitter la salle d’audience. Morgane ne devait pas être loin sur ses talons. Il lui manquait toutefois quelque chose, le poids habituel de sa lance commençait à lui manquer. Oui la picte ne l'avait pas prise avec. A quoi bon après tout. Mais la donne allait être changer, il fallait être paré à toute éventualité. Et cette arme ne serait pas de trop.
A voir tous les gens entassés ici, la princesse n'avait qu'un envie, les pousser pour ouvrir le passage. Parfois elle n'avait pas plus de finesse qu'un ours et préférait taper dans le tas pour traverser au lieu de contourner. Et à moins de passer par le plafond, il n'y avait aucun moyen de contourner cette marée humaine. Et le décalage entre la picte et le reste du tableau était énorme. Rien ne semblait pouvoir l'atteindre, elle était comme intouchable et insensible au malheur des autres. Elle ne voyait surtout pas pourquoi elle devait y prendre part, il ne s'agissait pas de son peuple. Et quand bien même une créature pareil s'en prendrait aux siens, elle ne ferait pas long feu face aux calédoniens. Mais ici... ils ne pouvaient faire face sans la magie. Uther les avait condamné d'une certaine façon.

La pisteuse avait enfin atteint l'autre bout de la salle et se trouvait à présent dans le couloirs. Elle se tourna alors pour voir si Dame Morgane la suivait toujours. Finalement cette traversé avait été assez rapide, les gens les avaient laissé passé. Mais aussitôt la chose faite que le ciel leur tomba sur la tête. Pour dire vrai, un tremblement terrible ébranla les murs et le plafond. De lourdes pierres s'écrasèrent avec violence devant la porte de la salle d'audience, interdisant toutes entrées et sorties de la pièce. La pupille du roi avait reçu une pierre sur le bras mais déjà elle tentait de dégager l'entrée. A quoi bon, c'était une perte de temps et la structure du château avait été touché. Elle risquait d’aggraver la situation en agissant ainsi. Tandis qu'au dehors, les bruits semblaient s'être un peu calmer. la dernière vague de survivants était à présent bloquée à l'intérieur de la citadelle. C'est alors qu'un hurlement parvint jusqu'aux oreilles de la louve. Il n'y avait aucun doute, il s'agissait bel et bien de la voix de la créature. Tournant la tête vers Morgane, Aaran hocha la tête et sans perdre un instant elle parti en courant, prenant la direction des appartements pour s'en aller chercher sa lance pour le roi. En deux ou trois foulés elle avait déjà devancer la Douce Brune coincé dans sa belle robe de Dame de la cour. La princesse disparu au détour d'un couloir, ayant déjà filé vers sa chambre. Morgane saurait sans doute où trouver le Roi et Aaran n'aurait aucun problème à les retrouver tout deux.

Entrant dans sa chambre, elle balaya la pièce du regard pour repérer son arme. Pareil en vent, elle était déjà ressorti, arpentant les couloirs pour écouter ce qu'il s'y passait. La rumeur du combat ne parvenait pas jusque là. Mais les lueurs de la ville basse en feu donnait une toute autre apparence à la citadelle elle même. La princesse n'était plus qu'une ombre se déplaçant dans un décor quasi fantomatique. C'était comme se retrouver coincé dans un rêve et que le regard ne discernait plus plus le réel de l'irréel. Aaran réussissait à se mouvoir sans problème tandis qu'elle faisait son pas plus léger pour pouvoir écouter ce qu'il se passait autour d'elle. Une conversation parvint alors jusqu'à ses oreilles. Dame Morgane semblait avoir trouvé le roi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Mar 7 Aoû - 19:58

 What the hell ?!


    Il eut juste le temps d'enlever sa main qu'il entendit un bruit retentissant. Agitant sa main devant lui pour éparpiller la poussière, il finit par apercevoir l'éboulement. Super... Coincé dans ce château maudit. Bran zieuta sur son « protégé » ; ce dernier n'avait même pas émit le moindre cri. Peut-être trop surpris. Tant mieux, ça faisait un truc de moins à gérer. Truc ?
    Et le grand patron qui se pointait toujours pas ? Sa couardise n'étonnait pas Bran. A vrai dire, il ne l'avait jamais vu, mais il ne connaissait que trop bien ses actions. Paranoïaque à l'extrême, envoyant de la chair au combat, demandant toujours plus aux pauvres... et la liste était longue. En toute objectivité, Uther Pandragon ne pouvait acquérir l'adjectif de « bon ». Même si Bran n'était pas tout à fait objectif puisque sa mère lui avait été enlevé et devait tout son malheur et sa méconnaissance des choses à cet homme si fier. Reste caché dans ton trou Uther. Bran ne laissera pas passer sa chance si tu te pointes. Ses doigts le démangeaient déjà.

    Reportant son attention sur le petit garçon, Bran épousseta ses cheveux plein de poussière. Fallait nettoyer tout ça. Il adressa un sourire au vieillard qui ne toussait miraculeusement plus. Ce dernier avait l'air un peu surpris d'ailleurs. Forcément. Comment pouvait-il se douter de l'étendu du pouvoir de Bran ? Un peu prétentieux de dire ça... Suffisait d'avoir un peu de jugeote. Espérons qu'il n'en ait pas.
    Il plissa les yeux pour essayer de repérer la pupille du roi, mais il y avait bien trop de monde. En revanche, il remarqua une petite tête connue. Enfin petite... la dame était grande. Vite, il prit l'enfant dans ses bras et slaloma jusqu'à Liberty. Non sans shootant dans une marmite en ferraille se blessant ainsi le gros orteil. Quelle idée de ramener tout son barda aussi ? Il essaya de cacher le mieux qu'il put son boitillement aux yeux de la dame. Cette dernière avait fort à faire et semblait donner tout ce qu'elle avait pour aider les autres. Tu devrais faire de même, ingrat de Bran ! Il afficha un grand sourire mais se rétracta quand il vit l'air inquiet de la jeune femme. Du coup, il essaya de se cacher derrière un homme à l'air bourru pour l'éviter. Il finit par s'asseoir, dos au mur, les yeux plongés dans ceux du garçon. Pour le coup, il devrait se renouveler dans la garde d'enfant parce qu'il effectuait un travail (presque) exceptionnel. La gravité des choses était grande, mais Bran ne la comprenait pas. Quoiqu'il avait peut-être compris quelque chose en voyant Morgane et Liberty. Mais Bran était dans l'incapacité intellectuelle d'aider le peuple. Parce qu'il en faisait parti, mais aussi parce qu'il ne pouvait pas aider plusieurs personnes en même temps. Une, ça suffisait. Un peu comme s'il devait se donner bonne conscience.

    Il avait bien envie d'enlever ces cailloux qui bloquaient l'entrée. S'il restait trop longtemps enfermé dans cette salle, son sentiment de claustrophobie allait le gagner. Au pire, il gagnerait les appartements et grimperait sur les toits pour sortir de ce qui pourrait être un enfer. Parce que oui peut-être qu'il y avait ce truc dehors, mais Bran pouvait bien affronter n'importe quoi plutôt que de rester enfermé. Enfin... affronter, c'était un bien grand mot, fuir plutôt. Mais là, il pouvait bien attendre. Attendre. Attendre quoi ? Bran avait toujours l'impression qu'il n'y avait que trois tondus et un boiteux dans la Garde Royale. Oulà ! Blasphème ! Fallait en plus enlever toutes ces pierres. Bah t'as qu'à le faire au lieu de t'asseoir. Il s'occupait déjà d'un enfant... Bran n'a qu'un cerveau.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lucy
avatar
Administratrice

PARCHEMINS : 2005
ARRIVÉE A CAMELOT : 11/06/2012

Expérience
Combat:
0/1000  (0/1000)
Magie:
0/1000  (0/1000)
Nature:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Jeu 23 Aoû - 20:47

    Lucy se tenait contre le mur avec les enfants, les personnages âgés, et les blessés, mais moins que ceux que devait s'occuper Gaius et les autres, s'étaient rassemblé contre le mur avec elle, afin de laisser de la place au médecin, et autres personnes chargeaient de soigner les plus mal en point. La plupart était des soldats, des gardes et des chevaliers qui étaient en premier ligne de défense, mais il y avait quand même quelques villageois. La jeune fille commençait juste à se sentir en sécurité, quand un grand bruit retentit, et que le mur de l'enceinte tomba, c'était devant la porte. Ils étaient tous enfermés dans cet endroit.

    Lucy était venue deux fois dans la salle du trône du Roi. Elle avait toujours trouvé la pièce impressionnante, mais là voir comme ça, c'était pas bien, et la jeune femme savait qu'elle ne pourrait plus y rentrer sans repenser à ce moment précis. Elle vit son frère David se dirigeait vers elle, pour s'assurer qu'elle allait bien. Elle demande des nouvelles de Richard, ce dernier n'était pas loin, il était déjà entrain de dégager les pierres pour pouvoir se forger un passage vers la sortie. David, voyant que sa sœur allait bien se joignant à eux.

    Les suivant du regard, Lucy aperçut deux ombres quittaient la pièce, c'était Morgane et la princesse Picte venue depuis quelques mois à Camelot. Angélique avait eu l'occasion de lui parler d'elle, mais il faut que Lucy n'avait pas vraiment pris la peine d'écouter, enfin disons que d'une oreille. Sans doute devait-elle chercher Uther, vu que le Roi n'avait pas encore fait son apparition, mais la jeune fille n'en avait que faire. Ce qui l’inquiétait était de pouvoir sortir vivant de cet enfer, et surtout de ne pas voir Arthur blessait ou même pire..

    Elle serra la petite fille contre elle, cette dernière pleurait doucement, et Lucy faisait tout pour la rassurer, finalement avoir quelqu'un à s'occuper, nous faisait un peu oublier la situation, et surtout de paniquer soi-même. Elle devait rester clame pour cette petite fille, et puis pour toutes les autres personnes entassé dans ce coin. Elle vit le jeune homme avait qui elle avait parler quelques instants plutôt, lui aussi était entrain de consoler un enfant, peut-être agissait-il de la même façon qu'elle. Elle lui fit un petit sourire, rempli d’inquiétude et de crainte que le ciel leur tombe sur la tête.
    .


MA FICHE - MES RPS - MES LIENS

Si vous avez le moindre souci, ma boîte MP est ouverte...
Revenir en haut Aller en bas
http://merlinrpg.forumgratuit.org/
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Ven 7 Sep - 21:28

Morgane et Aaran avaient été envoyées par Gaïus pour mettre la main sur Uther qui n’avait donné aucun signe de vie depuis le début de l’attaque, Les chevaliers avaient reçus leurs ordres et depuis plus rien. Les deux jeunes femmes s’étaient séparées pour mettre toutes les chances de leur côté et trouver le roi le plus rapidement possible. La pupille avait été directement voir dans les salles qu'il occupait le plus souvent pendant ce type de situations, mais rien. Et personne, absolument personne n’était encore dans les couloirs. Soudain, alors qu’elle arrivait au niveau des appartements royaux, elle entendit un épée tomber… Elle s’approcha tout doucement, prête à faire acte de magie si cela s'avérait nécessaire. Mais quelle ne fut pas sa surprise, lorsque l’individu se trouva être Uther ! Pourtant ça n’était pas là qu’elle l’avait vu la dernière fois, enfin avant les évènements.

- Sire ?

Hasarda-t-elle. Le roi arrêta immédiatement ce qu’il était en train de faire et regarda qui l’appelait, une lueur illumina ses yeux, il était visiblement très heureux de voir sa pupille. Il la fit s’approcher de lui, et remarqua rapidement les blessures qu’elle portait, il s’inquiéta mais elle lui dit que ça n’était rien et que Gaius aurait vite fait de lui soigner tout ça. Il lui demanda alors où en était l’attaque et si Arthur s’en sortait. Morgane prit une figure des plus déconfite en répondant.

- Le royaume semble perdu, les blessés le sont de plus en plus gravement, les quelques survivants qui arrivent à Camelot parlent tous du chaos… Quant à Arthur, les rumeurs sont très mauvaises…

Elle écrasa une larme. Uther était touché de voir sa pupille dans un tel état, mais le coup lui était encore plus rude, si le prince héritier était bel et bien mort, alors ils vivaient tous la fin de Camelot. Le roi n’avait plus aucune raison de vivre sans son fils, même Morgane ne lui suffirait pas…A quoi bon défendre un royaume qui finira aux mains du premier venu?

- Pourquoi êtes-vous ici, vous n’avez que la moitié de votre armure et le peuple vous a réclamez !

La demoiselle l’interpellait d’un ton auquel il ne s’attendait pas. Il était cependant effectivement à moitié harnaché de son armure, et en sueur. Son épée était toujours au sol et son équipement tenait dieu sait comment sur lui. Alors que sa pupille se proposa pour l’aider à terminer d’enfiler son armure, assurant qu’elle avait déjà souvent harnaché Arthur avant les tournois, il commença son récit.

- Lorsque les chevaliers sont venus m’avertir du danger que Camelot courait, j’ai tout de suite convoqué notre défense, nous avons lancé les premières stratégies, Arthur est parti avec eux, et je suis allé donner mes directives à Gaïus. Ensuite, alors que je revenais dans la réserve pour prendre mon bouclier le plus résistant, la porte s’est refermée sur moi. Morgane crispa légèrement ses doigts en entendant son récit, et lui demanda s’il avait entendu des pas ou vu quelqu’un. Personne, je suis certain que ce sont des sorciers qui sont venus pour se venger de nous ! Ils sont partout, et ont même infiltré notre Cour. La porte ne pouvait pas se fermer de la sorte, et d’une façon aussi solide avec un coup de vent.... Impossible! Et ce qui attaque Camelot, cette... cette créature qui est là, dehors, vient d’eux. Il faut tous les tuer, ces personnes sont dangereuses !

Sentant qu’elle allait finir par faire un geste regrettable, elle réorienta le récit sur sa façon de sortir de sa prison, tout en terminant d’attacher le dos. Uther lui expliqua alors qu’il avait détruit la porte à coup de bouclier, et que cela lui avait prit tout ce temps, il venait à peine de rejoindre ses appartements lorsqu’elle était arrivée.

- Il ne faut plus perdre une seule seconde à présent, le peuple vous réclame.

Uther baisa le front de la jeune fille et lui intima l’ordre de rester ici, elle était en sûreté dans cette aile. Il quitta ses appartements en courant, et dès que ce fut fait, il sifflement extrêmement aigüe se fit entendre. Quelques secondes après, un nouvel effondrement se produisit. Morgane déboula alors derrière le Roi, l’obligeant à aller dans l’autre sens, vers le bruit d’éboulement.

- La princesse Picte est partie dans cette direction pour vous chercher, elle est seule, il faut absolument la retrouver !

Après quelques cris pour remettre la pupille en sureté, ils partirent ensemble à la recherche d’Aaran, car Morgane était toujours très persuasive, mais ils tombèrent rapidement face à face avec la créature. Uther dégaina son épée, mais la bête était bien trop forte, elle le dégagea d’un coup de queue, elle se dirigea droit vers Morgane. Cette dernière était pourtant cachée derrière un renfoncement, mais la créature était très rusée, et semblait tout voir et tout sentir. Le roi vint alors s’interposé, mais se retrouva rapidement en difficulté.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Dim 9 Sep - 16:36


Dehors était le règne du chaos. Entre les murs du château s'étendait le royaume des ombres. Armée jusqu'aux dents, la Princesse picte avait arpenté les couloirs pareil à un prédateur en chasse. Les torches déformaient son ombre sur les murs, la faisant ressembler à un énorme carnassier silencieux. Lance au poing, elle guettait les moindres mouvements suspects. Son instinct de chasseur avait pris le pas sur tout le reste. Le son de deux voix lui était parvenu très distinctement. Dame Morgane avait enfin trouver le roi Uther. Mais personne n'était encore tiré d'affaire, la bête pouvait très bien avoir décidé de jouer autrement à présent que le plus gros des défenses de Camelot était tombé. Il fallait les rejoindre et se dépêcher, chaque instant comptait...

C'est alors qu'un rugissement roque résonna dans les couloirs. Terrible, vibrant d'une puissance maléfique. Le monstre était là. Levant aussitôt la tête, Aaran parti en direction de la source. Il n'y avait que peut d'obstacle sur son chemin, sa course rapide l'amena sur une terrasse du château. Une rage profonde avait envahit la querrière. L’âme de son peuple brûlait en elle tel un brasier ardant. La lame de sa lance brillait à la lueur des torches extérieurs. Tout son corps hurlait au vu de la scène. Le roi venait de s'interposer entre la chimère et Dame Morgane. Toujours dans l'ombre, la Princesse en surgit pareil à un loup passant à l'attaque. Un hurlement lui sorti alors du fond de ses entrailles, ses yeux étaient le reflet d'une sauvagerie plus monstrueuse que celle qui avait eu lieu sur la grande place. Son ombre lui donnait l'aspect d'un terrifiant prédateur de la nuit. Le loup était sorti de sa tanière, la rage au ventre et le sang bouillonnant. Le cri de guerre attira l'attention de la bête. Qui des deux était alors le plus effrayant? la créature s'écarta quelque peu du roi et de sa pupille pour mieux mesure l'adversaire qui lui faisait face. Aaran n'avait pas peur. Elle s'avait comment l'attaquer, comment tuer cette chose. Faisant un pas vers la chimère, s'elle si recula, hésitante. Les pictes n'étaient pas du genre à reculer devant quoi que ce soit. C'est alors que la louve fonça sur la bête qui recula d'un bond, se retrouvant alors sur les créneaux du rempart.

Tandis que le roi tentait de protéger Dame Morgane, continuant de servir de bouclier humain à la jeune femme. Avait il oublié son courage celui là? La princesse ne devait pas en faire cas. La chimère redoutait la lame de sa lance et avec raison. L'arme ne pouvait signifier que la mort. C'est alors que la bête tourna son regard enflammé vers le Roi et dans un bond elle se jeta sur lui pour le saisir avec ses battes avants. Prenant son élan dans le même instant, Aaran se servit d'un rebord pour bondir sur la créature, brandissant la lance au dessus de sa tête avec une extrême dextérité. Malheureusement le monstre était plus rapide encore. D'un mouvement d'ailes il esquiva de peut l'attaque sans pour autant l'éviter complètement. La pointe de la lame de la lance le toucha alors sur le flanc gauche, entamant sa cuirasse. Un crie de douleur s'échappa de la gueule de l’être magique avant qu'il ne puissent s'enfuir en deux coups de battement d'ailes, emportant avec lui le roi de Camelot. Aaran le suivit du regard, montrant les dents. Elle n'avait pas réussi à libérer le roi. Son regard se porta alors sur Dame Morgane. La picte se redressa, faisant craquer son cou. Déjà le calme lui revenait même si ses sens restaient en alerte.

Au loin on entendait les survivants s'agiter pour éteindre l'incendie qui ravageait la ville basse. La Princesse s'approcha des remparts pour observe se sinistre spectacle. C'est là qu'elle vit le prince Arthur toujours bien vivant entrain d'aider à éteindre les flammes. Il allait falloir lui annoncer la nouvelle de l'enlèvement de son père...
Revenir en haut Aller en bas
Lucy
avatar
Administratrice

PARCHEMINS : 2005
ARRIVÉE A CAMELOT : 11/06/2012

Expérience
Combat:
0/1000  (0/1000)
Magie:
0/1000  (0/1000)
Nature:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    Ven 21 Sep - 21:19

    Lucy n'avait pas la moindre idée des choses qui étaient entrain de se passer dans le château de Camelot. Elle était simplement dans la grande salle d'audience transformé en grande salle de soins pour l'occasion. L'occasion était une attaque d'une créature magique qui avait mis à mal la ville basse, qui était en feu, mais aussi la battisse royale qui était tombée. Tout cela lui faisait vraiment peur, mais elle savait que des hommes faisaient de leur mieux pour protéger les gens, et elle-même. Notamment le Prince Arthur, et les chevaliers et gardes du château, qui se battaient dehors. Aprés avoir revécu sa vie à toute vitesse quand elle avait faillit mourir quelques instants plus tôt. Elle était maintenant aussi calme que possible, à surveiller les enfants et personnes âgés qui avaient survécu à la première attaque de la bête. Alors que le calme revenait doucement dehors, Lucy regarda ses deux frères entrain de déblayer les morceaux de pierres, pour parvenir à faire sortir tout le monde de la salle. Dés que la voix est libre.

    Soudain un bruit retentit quelque part dans le château, un cri se fit entendre, puis plus rien. A nouveau le silence revint, et tout le monde se regarda alternativement les uns et les autres. Puis Gaius reprit la parole pour demander de l'eau, puis David, son grand frère repartit pour déblayer les pierres, et un petit garçon à côté de Lucy, se mit à pleurer demandant à voir ses parents. La jeune fille le prit dans ses bras, en essayant de le rassurer. Mais elle n'était peut-être pas plus rassurer que lui. Pour la première fois depuis longtemps, elle aurait bien aimé avoir son père auprès d'elle, mais c'était impossible. Ils restèrent dans la grande salle pratiquement toute la nuit. Un des gardes dehors, parvint à leur parler, et à leur dire que la bête était partit et que les survivants étaient entrain d'éteindre les incendies de la ville basse. Lucy pensa à toutes ses familles qui étaient mortes, ou qui se retrouvaient sans toit pour vivre. Elle soupira, et finit par s'endormir d'épuisement par toute cette maudite soirée, où tant de monde avait perdu leurs amis, famille et autres personnes.


FIN POUR MOI


MA FICHE - MES RPS - MES LIENS

Si vous avez le moindre souci, ma boîte MP est ouverte...
Revenir en haut Aller en bas
http://merlinrpg.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I02-2 Nous sommes tous unis    

Revenir en haut Aller en bas
 

I02-2 Nous sommes tous unis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nous sommes tous des enfants, il n'y a que le prix des jouets qui change
» Nous sommes tous des volontaires
» Nous sommes tous devenus des fous au service de Dieu ♛ Calixte [VALIDEE]
» Connie • Nous sommes tous des héros au fond de nous il faut juste savoir creuser assez profond
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin RPG :: Archives RPG-