Partagez | 
 

 Rencontre humide sous les étoiles *Bran*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Sam 17 Déc - 21:37

Il est une légende qui dit qu’au lac d’Avalon tous les êtres magiques, et donc les sorcières, peuvent trouver les réponses à leurs questions, ainsi que recouvrer leurs pouvoirs magiques, éventuellement une certaine porte.... mais passons. Morgane ignorait complètement, si elle pouvait ou non se fier à cette histoire, mais dans le doute, elle préféra s’y rendre. Elle décida donc de quitter le château de nuit, pour rejoindre le lac avant le lever du jour et revenir rapidement à Camelot. C’était ambitieux comme projet, mais tout à fait réalisable. La jeune femme se comporta donc comme tous les soirs, ainsi elle dîna avec Uther, et se prépara pour la nuit avec l’aide de Guenièvre, rien ne changea dans son emploi du temps, en apparence seulement, car dès que l’ensemble du château fut tombé dans le sommeil, une ombre se détacha pour se faufiler jusqu’aux écuries. Là-bas, la jeune sorcière sella seule son cheval, le vêtît d’une couverture aux couleurs et armes de Camelot, rabattit la capuche de sa cape émeraude pour dissimuler son visage, et partit au galop vers la forêt, sans rencontrer la moindre gène avec les gardes. Il fallait juste connaître un peu le château pour pouvoir en sortir facilement, et sans être vu surtout!

Morgane n’aimait pas passer par les bois à la nuit tombée, mais en l’occurrence elle n’avait pas le choix, car cette route était certainement de loin la plus rapide pour la mener jusqu’au lac. L’oreille aux aguets, elle surveillait les moindres bruits suspects qu’elle pouvait rencontrer en court de chemin. Le plus dangereux serait bien sûr de tomber sur des brigands, qui, la reconnaissant comme étant la pupille du roi, n’hésiteraient pas à marchander, ou même la vendre ! Si elle ne connaissait que peu de monde, beaucoup la connaissait en revanche… Alors elle rabattît encore d’avantage la capuche pour mieux dissimuler son visage. Son cheval, quant à lui, était très calme, visiblement, il se fichait pas mal de parcourir de longue distance, même si cela était fait de nuit. Après plusieurs heures de marche, la demoiselle fit ralentir sa monture.

Le lac d’Avalon était devant elle, à perte de vue, il s’étendait dans les ténèbres de la nuit. Seule la lune jouait avec les quelques vaguelettes qui rompait la platitude de l’eau. La cavalière se trouvait à une bonne distance du lac, et surtout en hauteur. Elle craignait ce qu’il pouvait se passer. En tout cas, rien ne semblait indiquer la moindre activité magique dans les environs. La jeune femme soupira alors profondément, finalement, elle s’était sans doute fait leurrer par son trop grand nombre de lectures. Elle allait donc partir, lorsque la surface du lac bougea. Le sang de la princesse ne fit qu’un tour et elle chercha à voir d’où cela pouvait provenir, c’est alors qu’elle fut saisit d’une vision.

Ses yeux prirent leur teinte dorée, signe d’une activité magique dû à ses pouvoirs, mais elle ne contrôlait absolument rien en réalité. C’était comme si elle faisait un nouveau rêve prémonitoire tout en étant réveillée. La vision qu’elle eut n’était absolument pas réjouissante, mais était-ce vraiment le futur, et surtout le sien ? Une voix faisait des commentaires, mais elle n’était qu’à peine audible, et surtout elle s’exprimait dans une langue que la jeune femme ne connaissait pas. Lorsque tout ceci prit fin, elle ne parvint pas tout de suite à sortir de l’état de transe dans lequel ses visions la plongeait, mais elle eut le temps d’apercevoir une lueur blanche auprès de la bride de son cheval.

Deux secondes plus tard, l’animal s’élançait dans une course folle à travers les arbres et la descente vers le lac, sa cavalière ne pouvait même pas se cramponner, car l’impression de la vision la paralysait encore. Après plusieurs minutes de courses, toujours guidé par cette lueur, l’animal se stoppa net, puis rua suffisamment violemment pour que la jeune femme passe par-dessus son encolure, elle tomba dans le ravin, en dégringola toute l’inclinaison, et atterrit en plein milieu du lac… inconsciente. Un léger filet de sang s’échappait de l’une de ses tempes.

Peut-être était-ce le sort, le destin, ou le cheval, toujours est-il que ce dernier, libéré de l’entité magique, repartit à travers les bois comme si rien ne s’était passé, et c’est là que sa route croisa celle d’un homme. Il était assez méfiant, et préféra s’en écarter un peu.

Pendant ce temps, le corps de la jeune femme flottait toujours à la surface du lac. Soudain, des petites lueurs argentées sortirent de l’eau pour venir tournoyer autour de l’inconsciente, il ne faisait plus aucun doute que la demoiselle était pourvue de pouvoirs magiques, sinon le lac n’aurait pas réagi de la sorte, prouvant à tous, mais surtout au seul témoin de la scène, que Morgane était une sorcière..

L’effet ne cessa pas, cependant le corps commença à couler lentement vers les abymes du lac. Morgane, blessée et inconsciente, ne pouvait réagir face à ce danger imminent. Son destin semblait donc scellé pour toujours….



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Dim 18 Déc - 23:27

Are we the Same ?

    La Lune commençait à être bien haut dans le Ciel. La Fraîcheur se faisait sentir et une ombre soufflait sur ses doigts pour garder un peu de chaleur. En même temps, ses vêtements ne semblaient pas être de la première jeunesse. Voleur de Profession, il aurait pu faire un effort pour se procurer quelque chose d’un peu plus chaud que… ça. Ça ressemblait à rien d’ailleurs et il ne s’étonnait plus des regards condescendants des gardes de la ville. Sauf qu’il n’étais pas à la ville. Les feuilles crissaient, les arbres grinçaient, le vent murmurait et des bêtes perdues faisaient profiter de leurs chants lugubres. Merci les Artistes mais sans façon. Sans façon on a dit !

    Nom de nom ! La Nuit était tombée bien plus vite qu’il ne l’avait prévu. Instinctivement, Bran fit tinter les quelques pièces qu’il avait dans sa poche ; la récolte n’avait pas été franchement fructueuse. Fallait-il faire une croix sur l’un des ses repas de demain ? Bien possible. Tant pis pour les gargouillis grinçants qui allaient le suivre. N’y pensons plus, il avait réussi à survivre cette journée… quoique. La Nuit était toujours plus ardue que le Jour. Probablement que le Cosmos avait compris que le Mal et l’Obscurité allaient de paire. Pas vraiment une Aubaine pour notre compagnon. Pour Brandon, communément appelé Bran, la sœur du Jour était sadique ; plus il faisait noir et plus y avait des risques de se faire tuer. Quel pessimisme Bran ! Trouve-toi une branche et arrête de geindre ! . . . Monsieur n’aime pas qu’on le compare à un Animal. Pourtant, il n’en est pas très éloigné, suffit de regarder comment il mange. La Faim est plus fort que les Bonnes Manières, mon brave ! Et plus on mange vite et plus on vomit vite aussi. Mais arrêtons ce débat culinaire ; Bran devait trouver un coin pour dormir. Ce idiot avait eu la bonne idée de quitter la ville pour « prendre l’air dans la forêt ». Pensée complètement ridicule à prendre à l’aube du Crépuscule ! Il avait songé à revenir vers le Monde des Vivants, mais le chemin qu’il avait parcouru était trop long. Amis Forestiers me voilà ! Y avait aucune raison d’avoir peur voyons ! Les créatures magiques sont en voie de disparition et les Brigands… un peu moins. Mouhahahaa ! Personne irait jusqu’à provoquer le grand Bran Sharp ! Bon, il était pas bien costaud, mais il était très grand… ça compte la taille non ? Donc, grand et maigrelet… Il fait même pas le poids contre un gosse qui pourrait très bien lui tirer un magistral coup dans les noyaux. On espère tous bien fort que cet arrogant ne croisera personne.

    Soulevant ses pieds plus haut que la normale, Bran luttait pour ne pas se rétamer sur le sol. Non merci, il connait que trop bien la qualité de l’humus. Les gens disent que ça sent bon… c’est les gens qui ont de l’argent qui disent ça. Un grognement au loin, le jeune homme pressa le pas. Peur lui ? Mais non pas du tout ! On va où au fait ? Droit devant ça a l’air bien. Enfonçons-nous dans le Noir, c’est toujours rassurant. Fallait s’arrêter que lorsqu’on était sûr d’être en sécurité. Erm ! On se demande pourquoi il établit domicile dans les Tavernes Malfamées alors ! Probablement parce que la Règle ne s’applique pas à ces bâtisses accueillantes. Ne cherchons pas à comprendre. Une grosse bourrasque et voilà qu’il manque de s’envoler. Allons allons pas de chichi mon brave !
    Avant qu’il ne le comprenne, il se trouvait devant le Lac d’Avalon. Wouaaaaah ! On est pas aller un peu trop loin, là ? Et qui sait ce qu’il y a dans ces Eaux ? Nan sérieux, on remballe ! Peut-être enchanté par des Sorts alentours ou étant tout simplement un Abruti fini, Bran s’approcha, les yeux plein d’étoiles. Ce n’était pas la première fois qu’il y venait mais pour lui, c’était toujours magnifique. L’Eau n’était pas la même que les autres et on avait l’impression qu’une Lumière s’en détachait. Probablement que du point de vue de Bran parce que la Populace considérait ce lac comme une étendue d’eau parfaitement normale. C’est parce que la Populace n’a pas les yeux en face des trous. On lui avait tellement raconté sur Avalon qu’il en savait probablement trop. L’arrangement c’est que le Bêta ne savait pas lire ou que très peu. Son nom suffisait et il connaissait l’Art de compter. En même temps, un Voleur qui sait pas compter, c’est un peu désolant.

    Gonflant la poitrine, il inspira profondément… au risque de se décoller un poumon. Une quinte de toux le prit, tombant à genoux. S’il avait voulu faire son fier, son arrogance en avait pris un coup. Soudain, il entendit du bruit. Plus exactement un hennissement mélangé à une bourrasque de feuilles. Relevant la tête, Bran essaya de décortiquer la situation en plissant les yeux. Il avait beau forcer ses yeux à voir plus loin, il ne distinguait qu’une vague ombre assez grande. Probablement un cheval vu le bruit qu’il faisait. Quelque chose ou quelqu’un tomba dans l’eau. Immédiatement, le Voleur se dressa sur ses pieds. Bran ! C’était pas le temps de jouer les Héros ! Qui a dit ça ? Ça se trouve c’est un riche marchand qu’on pourra dépouiller en paix ! Mouais aussi. Vite vite ! Bran avait déjà l’eau aux genoux quand il vit enfin la masse humaine. Plus il se rapprochait et plus il arrivait à la conclusion que ce n’était vraiment pas un riche marchand. Et mince ! C’est toujours lui qui a jamais de chance ! Et puis… ça ressemblait plus à une femme qu’à une homme. Han Merde ! Hein ? Non, ce n’était pas à cause d’être une femme, qu’il jurait mais plutôt parce qu’elle se faisait entrainer par les fonds. Bran, c’est le moment de jouer au sauveur ! Ça allait trop vite. A ce rythme-là, elle allait finir noyée. S’armant de son minuscule courage, il s’immergea complètement dans l’eau et tendit ses bras aussi loin qu’il le pouvait. Encore un peu ! Allez du nerf Camarade ! Enfin ! Il referma son étreinte sur son poignet et la tira de toutes ses forces. Pourquoi tu fais ça déjà ? On s’en fiche là ! Pas le temps de se poser des questions ! Qu’est-ce que c’était que ce truc d’abord ? Ça ressemblait plus ou moins à des tentacules aquatiques. L’un entoura lui entoura la cheville et il manqua de tomber. Mais c’est horriblement obscène comme tableau ! Tire-toi de là en vitesse ! Quelque chose céda et Bran sortit grand vainqueur. Hop, il prit la demoiselle dans ses bras et courut le plus vite qu’il était possible avec des jambes embourbées d’eau. Ouuuuuuf enfin le rivage ! Zieutant dans son dos, il constata que… le machin avait abandonné. Et ouais ! Tu savais pas à qui tu te frottais ! Ou alors, il t’a laissé la vie sauve pour une raison que tu ignores, Bran. En tout cas, il voulait absolument cette fille. Forcément doté de pouvoirs magiques. Avalon ne prend pas n’importe qui. Plutôt belle la fille en plus. Bran avait un faible pour les Brunes. Par tous les dieux, celle-ci était bien blanche. Peut-être qu’elle avait pris froid. Son long manteau vert était trempé et s’étalait derrière eux.

    Avec un soupir, il la posa sur le sol. Elle respirait. Tout allait bien alors. D’après ses vêtements, elle vivait au château ou était meilleure Voleuse que lui. Elle avait tout l’air d’une Noble en plus. Euh attends. Une Noble au Château qui fait de la Magie ? Nan impossible. Curieux comme d’habitude, il écarta la mèche sombre qui cachait son visage. … Bordel de Merde ! Mais mais mais mais… impossible !! Deux fois plus encore ! Il s’agissait de Lady Morgane ! Quoi ? Mais il avait raté une étape là ! Depuis quand Uther tolérait la Magie dans sa propriété ? Elle le cachait alors ? Nan mais et puis… qu’est-ce qu’elle faisait là ? Elle sortait souvent à cette heure tardive ? Bran l’avait toujours imaginé dans sa chambre à essayer des robes de toutes les couleurs. C’était la meilleure. Il se trouvait à même pas un mètre de la plus belle fille du Monde; Oui oui Monsieur, du Monde ! Qu’est-ce qu’il devait faire ? Mais rien tête de nœud ! Barre-toi ce sera plus simple. La Monture coupable vint lui souffler dans le cou. Houah ! Tu fais peur toi ! Peut-être qu’il n’était pas d’accord avec l’avis de Bran. Soupirant encore une fois, le Voleur renversa sa tête pour fixer l’animal droit dans le museau.

    - Si tu avais été mieux dressé, tu saurais qu’il faut pas envoyer les Dames dans la flotte.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Mar 20 Déc - 21:47

Alors qu’elle était inconsciente, notre sorcière garda tout de même quelques notions, enfin elle le pensait. Car alors qu’elle se sentait couler, il lui sembla que quelque chose, ou plutôt quelqu’un l’avait attrapé par le poignet. C’était sans doute son imagination, car en dehors de cette sensation, elle ne se souvenait de rien. Absolument rien depuis la lueur qui tenait son cheval, jusqu’à cet instant où elle entendit : « envoyer les Dames dans la flotte. » oui, c’était plutôt mince et il devait y avoir quelque chose avant, mais ça, elle ne l’avait pas du tout saisi. Il faut dire qu’il était difficile de revenir à elle, après une telle chute, et un semblant de noyade. Elle ne savait pas encore à qui elle devait la vie sauve, mais le peu qu’elle avait entendu semblait lui indiquer qu’il s’agissait d’un homme. Merlin ? Non, ce traitre lui aurait enfoncé la tête sous l’eau s’il avait pu. Arthur ? Il était très certainement endormi dans ses draps tout chauds, à l’abri de tout danger à Camelot. Mais alors à qui pouvait bien appartenir cette voix ? La jeune femme craignait un peu de revenir à elle, car s’il s’agissait d’un brigand, elle ne pourrait certainement pas riposter… Il ne fallait malheureusement pas trop y penser car il y avait plus urgent pour le moment. En effet, la princesse qui venait d’être sauvée de la noyade était certes sauvée, mais ses poumons avaient reçus quelques goulées d’eau… Son premier signe de vie fut donc de tousser pour les dégager. L’expérience n’était pas heureuse, puisque l’air était si frais que cela lui brûla violemment les poumons. Elle avait décidément bien choisi son jour pour tenter un plongeon nocturne dans le lac d’Avalon.

La rescapée n’avait pas encore trouvé le courage d’ouvrir les yeux, mais elle avait entendu la personne, qui était près d’elle, bouger lorsqu’elle avait toussé. Puisque cet inconnu ne s’était pas saisi d’elle en la voyant reprendre connaissance, c’était que cette personne était du château et n’avait donc rien à gagner de l’avoir sauvé, si ce n’est la reconnaissance d’Uther ; soit que cette personne ne la connaissait pas du tout, et ne l’avait pas reconnu non plus. Elle se prit à espérer que ce soit une personne du château car ainsi elle ne rentrerait pas seule. En effet, la demoiselle ne se sentait pas du tout la force de faire chemin inverse, en tout cas pas immédiatement. Pour en avoir le cœur net, il fallait donc regarder…. Ce qu’elle fit quand le courage, mais surtout les forces furent à ses côtés. La jeune femme n’avait pas bougée d’un pouce, si ce n’est les soubresauts dû à la toux, et le fait d’ouvrir les yeux n’indiqua pas plus un quelconque mouvement de sa part, et pourtant cela lui demandait un très gros effort ! Pourquoi c’était si difficile d’ailleurs ? Elle avait fait une aussi grosse chute ? Sa noyade avait été plus importante que ce qu’elle en avait l’impression ? Bref, quand elle eut enfin les yeux ouverts, elle ne parvint pas tout de suite à distinguer les choses autour d’elle. Elle entendait des mouvements, mais ses yeux ne lui transmettaient pas les mêmes informations. Enfin, la personne en question, celle qu’il lui semblait avoir entendu bouger, se pencha au-dessus d’elle. Un homme ! elle avait raison, mais… elle ne le connaissait pas. L’obscurité ne lui permettait pas de savoir qui il pouvait être, noble, paysan, autre… La princesse sourit alors à celui à qui elle devait la vie, un sourire qui n’était pas encore très vaillant, mais qui avait le don d’être tout à fait sincère.

Tous ses muscles semblèrent alors revenir lentement à son commandement. Oui, elle allait bientôt pouvoir bouger, oh certainement pas se sauver face à l’inconnu, mais déjà pouvoir s’assoir ne serait pas mal. Elle cligna plusieurs fois des yeux, pour récupérer une vision complètement nette, lorsque cela fut fait, elle fut saisit d’une désagréable impression qui survint avant même la douleur : le froid. Elle constata qu’elle était trempée, logique me direz-vous après un plongeon dans le lac, mais pas complètement pour une personne qui ne savait pas réellement ce qui lui était arrivée. Le froid était mordant, et elle comprit que c’était grâce à lui qu’elle ne sentait pas la douleur de ses éventuelles blessures, ou tellement peu. D’un seul coup, Morgane sentit qu’elle bougeait, mais ça n’était pas dû à sa volonté, non on la relevait en position assise. Toujours cet inconnu, car elle sentit les bras de ce dernier, aussi mouillés qu’elle pouvait l’être, passer dans son dos et la relever avec mille précautions. Que la tête lui tourna d’un seul coup, elle avait vraiment dû vivre un superbe accident !


- Merci.

Articula-t-elle doucement. Quelques instants supplémentaires lui furent nécessaires pour être complètement présente. Maintenant elle pouvait bouger, voir, parler, et surtout trembler de froid. La jeune femme entreprit cependant un état des lieux pour voir les dégâts, elle porta sa main à sa tempe où quelque chose semblait s’écouler, et au vu de la texture légèrement gluante qu’elle eut sur les doigts, elle saignait. Et bien ! ça serait facile de dissimuler tout ça à Uther… Elle voulut ensuite s’appuyer sur son poignet gauche pour enfin voir de face l’homme qui était toujours à ses côtés, mais l’articulation n’aima pas beaucoup, et elle reçut une violente décharge de son poignet qui se propagea dans une bonne partie de l’avant-bras. Cependant, presque rien ne passa sur le visage de la demoiselle, car elle ne voulait pas inquiéter plus que cela celui qui l’avait sortie de l’eau. Maintenant qu’elle pouvait le voir, elle constata qu’il n’était pas bien plus âgé qu’elle, et qu’il était plutôt maigrelet… ça n’avait pas dû être une mince affaire que de la sortir de l’eau… Elle se sentit tout d’un coup gênée d’avoir pu mettre en péril une autre vie que la sienne. Même si elle était dans une nouvelle phase de sa vie, même si elle avait été élevée dans la noblesse, même si beaucoup d’autres choses, elle éprouvait vraiment un sentiment de honte…

- Je suis vraiment désolée de vous avoir mis en danger… J’espère que vous n’avez rien par ma faute.

Si cette personne exigeait un dédommagement, il serait tout à fait normal de le lui accorder. S’il lui fallait un traitement pour un rhume, ou toute autre maladie survenue suite à ce sauvetage, il lui serait également offert, et de bonne grâce, car il avait risqué sa vie pour la sienne alors qu’il ne savait pas à qui il avait à faire… et même s’il le savait avant, bon nombre de personne aurait tourné les talons, d’autant plus parce qu’il s’agissait du lac d’Avalon. Les personnes sont très croyantes dans les environs, et un nombre impressionnant de légendes entourent ce lac… cela suffisait à éloigner les moins téméraires. Mais heureusement à première vue, il n'avait rien. Cela soulageait la jeune femme, même si elle préférait qu'il le lui assure lui-même.

Morgane saisi alors doucement les deux mains de l’inconnu dans les siennes, il devait être tout aussi gelé qu’elle car aucune chaleur, ni aucune fraicheur, ne sembla rencontrer une différence avec la température de sa peau.


- Je vous remercie sincèrement d’être venu à mon secours.

Elle aurait volontiers ajouté « parce que je connais peu de personne qui en aurait fait autant », mais elle s’abstint… Pour le moment il lui semblait être quelqu’un de bien, mais cela pouvait être dû à la reconnaissance immédiate qu’elle lui devait, une sorte d’illumination qui entourait le sauveur, thème récurent des ouvrages qu'elle avait eu entre les mains étant plus jeune. Mais peut-être que d’un instant à l’autre il la brusquerait… et voudrait l’échanger contre de l’argent…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Mar 27 Déc - 14:01

Only the Moon and me are Witness

    Un bruissement de feuilles et Bran se retourna immédiatement. La monture n’apprécia pas du tout le geste et fit un écart. De toute façon, le jeune homme n’avait jamais été très fort avec les Animaux. Mais un Bruit ça voulait dire qu’elle se réveillait. Oh non mince ! Il était vraiment en piteux état et puis son Profil était pas son meilleur et… Du calme Bran ! Il fait nuit et on s’en fiche de comment tu peux être ! Si elle a un peu de cœur, elle devrait faire abstraction de la beauté extérieure de son sauveur.
    Elle cracha de l’eau aux pieds de Bran. Voilà un truc que tu aurais dû faire ! Le bouche à bouche c’est pas si compliqué ! Oui mais… elle était si délicate et si pure. Bran ne voulait absolument pas la salir en la touchant. Ouais laissons-la crever c’est encore mieux ! Réfléchis un peu Bran ! La fixant cracher ses poumons, il se demandait s’il devait intervenir. Une bonne claque dans le dos ça avait fait de mal à personne. Mais elle lui semblait si fragile. Par tous les Dieux, Bran ! Elle n’était pas faite de cristal ! Et c’est pas un peu misogyne cette façon de penser ? Pourtant, tu as déjà croisé des Femmes qui plaquaient les hommes comme des Barbares. En même temps, vous avez vu la corpulence de notre ami ? Même un enfant pourrait le mettre par terre.

    - Merci.

    Comme étonné, Bran fit un petit pas vers l’arrière. Il aurait bien voulu se la jouer tel un héros solitaire en déclinant que c’était rien, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Ses cordes refusaient d’émettre le moindre son et leur propriétaire avait l’air bien ahuri avec sa bouche ouverte. La Dame allait définitivement le prendre pour un Malade Mental. Et les Simplets, c’était pendu ou au billot ! Et oui ! Y avait un risque qu’il avait des pouvoirs magiques. Bran en avait bien croisé un, une fois, et il doutait fortement de son étendue magique. Les Simplets avaient tout simplement des problèmes… mais vu qu’ils étaient différents, ils étaient exécutés. Mais dans quel monde vit-on mes Aïeux ? Dirigé par un Fou, les gens devenaient forcément paranoïaques. Est-ce que Lady Morgane était pareil ? Comment avait-elle bien pu avoir ses pouvoirs ? Était-elle née ainsi ou avait-elle appris pour contrer les plans de son Tuteur ? Bran savait que certaines femmes étaient machiavéliques, mais il se refusait de penser que cette Dame l’était. Elle avait si douce et si charmante et… tellement belle. Oh Bran ! C’est pas le moment de se rincer l’œil !

    - Je suis vraiment désolée de vous avoir mis en danger… J’espère que vous n’avez rien par ma faute. Je vous remercie sincèrement d’être venu à mon secours.

    Bran rougit. Elle était trop mignonne. Personne pouvait résister là ! Elle avait combien de prétendants déjà ? On s’en fiche, tu peux pas en faire parti ! C’est à chaque fois pareil quand tu vois une belle fille. Oui, mais celle-ci, c’est pas pareil ! Tu penses ça à chaque fois.
    Elle avait l’air de souffrir. Ce qui ne l’empêchait pas de lui prendre la main. Ouh ! Euh du calme ! La chaleur lui rentrait par tous les pores. Nom du Lanterne en Bois ! Il touchait la Pupille du Royaume ! C’est incroyable comment tu ne prends pas conscience du plus important, Bran. Sa main d’albâtre et glacée contrastait avec la sienne, brunie et brulante. Glacée… ça te fait pas penser à quelque chose ? Oulà mais elle devait avoir froid ! Vite, il s’écarta pour enlever son manteau et lui mettre sur ses épaules. Bon, c’était pas le grand luxe, mais ça la réchaufferait un peu. Son manteau à elle était un peu déplorable, lourd d’eau [mouhahahaa].

    - Vous en faîtes pas, moi j’ai aucun risque à être malade. Déclara-t-il avec un grand sourire.

    Et c’était vrai. De part son magnifique pouvoir, il lui était incapable de subit l’effet d’un poison ou de tomber malade. De plus, il était moins fatigué que le commun des Mortels. Notons que c’était la première fois qu’il lui adressait la parole. Alors, ton idiotie est partie ? Pas vraiment. Il avait encore du mal à réaliser qu’il se tenait à côté de le plus belle femme du Royaume et qu’il venait de la sauver de multiples tentacules magiques. Vous y croyez vous, à cette histoire ? Bran est un menteur, mais ça, il allait le garder pour lui. Il était assez impressionné, ne savait comment se mettre. Il tenta bien se clamer un épis de sa tête qui, apparemment, voulait absolument dire bonjour, mais rien n’y faisait. Tableau bien pathétique en somme offrant un sacré contraste. La Dame ne le savait peut-être pas, mais celui qui se tenait à ces côtés connaissait une partie de son secret. Conseil : c’était pas une bonne idée de lui en parler. Mais Bran ne connait pas la raison.

    - Je savais pas que la Lady Morgane était une Sorcière. Le Lac n‘attire pas n‘importe qui… ça prouve que vous êtes exceptionnelle. Et ça prouve aussi que le Roi se fout du monde en vous protégeant vous et en massacrant d‘autres à côté.

    Ouais bien-sûr ! Délicat en plus ! Y avait pas plus forcée comme entrée en matière. Tu es malade mon pauvre ! A tous les coups, elle va s’enfuir en t’assommant avec une branche ! Ensuite, elle te pourchassera à travers les plaines en lançant ses gardes à ta poursuite. Parce qu’il y a bien plus de chance que le Roi la croit que toi. Même si tu comptes pas l’hurler sur tous les toits, tu aurais bien dû garder ce Secret pour toi.
    Il ne l’avait même pas regardé quand il avait débité sa tirade. Traçant des ronds dans la Terre à l’aide d’un bâton, on avait l’impression que ça ne lui faisait ni chaud ni froid de se retrouver face à un Sorcier. Et pour cause… il en était un lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Lun 23 Jan - 21:41

La première chose que pu constater la demoiselle sans trop de difficulté, c’est bien que le jeune homme n’était pas du genre bavard, et dans un second temps qu’il ne la regardait pas beaucoup. Alors plusieurs options pouvaient être crédibles : il était timide, il était débile, il était sous son charme, il était aveugle, il était plus jeune que ce qu’il avait l’air…. Pfiou, si avec tout ça il n’y en avait aucune de bonne, notre demoiselle ne saurait plus quoi penser de son sauveur. Mais elle put vite retirer débile de sa liste, car l’inconnu lui posa son propre manteau sur les épaules. Il avait donc conscience qu’elle gelait littéralement sur place, bien, c’était un début. Elle le remercia et le gratifia d’un nouveau sourire. Une chose l’intrigua néanmoins, faisait-il le fanfaron en déclarant ne pouvoir être malade ou il y avait une autre explication à cela ? Gaïus pourrait rapidement être au chômage si une telle chose était possible. En tout cas, elle ne couperait pas à une ou plusieurs potions pour guérir de la fièvre qu’elle était certainement en train d’attraper. Les potions de Gaïs étaient rarement bonnes au goût, mais toujours efficace, voire très efficace quand il s’agit des poisons.

Puis, son sauveur mystère cessa complètement de la regarder, pour s’occuper du sol et dessiner dessus à l’aide d’un bâton, Morgane le regardait faire jusqu’à ce qu’il déclare : « - Je savais pas que la Lady Morgane était une Sorcière. Le Lac n‘attire pas n‘importe qui… ça prouve que vous êtes exceptionnelle. Et ça prouve aussi que le Roi se fout du monde en vous protégeant vous et en massacrant d‘autres à côté. » C’était la première fois qu’il alignait plus de deux mots face à elle, et c’était pour lui dire ça ?! La demoiselle sentit la colère monter en elle, tout le château connaissait son caractère sanguin, mais dans la situation actuelle des choses, il fallait la jouer plus fine. Elle prit donc le temps de la réflexion avant de poser sa voix et répondre.


- Qui peut me dire si ce n’est pas vous l’être magique de nous deux ? Le temps que j’ai passé à contempler ce lac, rien n’a réagi à sa surface ni en ses profondeurs. Et, si vous n’avez pas vu ma chute, c’est mon cheval qui m’a jetée à l’eau et non pas le lac qui m’a attirée d’une quelconque façon. En outre, si vous comptiez me faire tuer par Uther, j’eus tout aussi préféré que vous me laissiez périr ici, au moins la honte m’eut été épargnée.

Elle se tue et plongea son regard dans le lac. Morgane n’était pas agressive, loin de là, il y avait plutôt l'impression qu’elle était déçue, non pas qu’elle avait le moindre attachement pour son sauveur, et donc une petite estime, non… quoi que . Enfin bref, le problème n’était pas là, elle ne comprenait pas pourquoi un homme qui venait de lui sauver la vie, la portait à un autre danger tout aussi mortel ! il n’était pas sans ignorer qu’Uther tuait tous les êtres magiques, il venait même de le dire. La princesse espéra que son petit speech avait eut un peu d’impact sur lui. Elle ne voulait pas le tuer, pas après qu’il lui ait sauvez la vie, mais s’il refusait de la croire, alors elle n’aurait plus le choix. La lame de sa dague lui pressait toujours légèrement le mollet, elle était donc parfaitement confiante dans son meurtre. Mais ça serait vraiment en dernier recours. Mieux valait tenter de renforcer un peu ses dires, tester le jeune homme, ou l’orienter sur autre chose, oui ça pouvait être une idée. Elle posa de nouveau son regard sur lui, mais d’une façon plus pénétrante, elle voulait absolument lui faire de l’effet, quel que soit l’effet qui en résulterait d’ailleurs.

- Vous me sauvez des eaux, puis me portez au bucher, et tout cela sans que je ne connaisse votre nom, alors que vous n’êtes pas sans ignorer le mien. J’aimerai savoir qui vous êtes. Vous pouvez avoir confiance en moi, si je n’ai aucune raison de devoir me protéger de vous, votre identité restera en ma seule connaissance, mais s’il vous venait à l’idée de me nuire, alors même sans nom je vous ferai retrouver.

Elle avait bien commencé, et s’était laissée emporter… quel dommage, elle allait l’effrayer… ! En même temps, c’était pas faux, elle trouverait toujours le moyen de le faire accuser à sa place s’il venait à dévoiler ce qu’il savait d’elle. Mais ça n’était pas le bon côté à jouer, elle en avait confiance, il fallait rétablir les choses et vite. La demoiselle soupira, comme pour laisser retomber la pression, elle regardait le lac, et les reflets de celui-ci semblaient jouer avec la pâleur de sa peau. Elle aurait presque pu passer pour un spectre à certains moments. Portée par ses rêveries, une question existentielle la traversa, et, bien qu’elle ait lutté un petit moment avant de la poser, elle trouva une certaine formulation pour le faire.

- Avant que vous ne choisissiez entre me sauver, ou m’offrir en pâture à la Cour, je voudrais vous poser une question. M’avez-vous sauvé parce que vous saviez qui j’étais, ou simplement parce que j’étais en mauvaise posture ?

La question était sincère, et sa voix trahissait un certain trouble. A la Cour, bon nombre de personnes agissaient auprès d’elle par intérêt. C’était toujours pour s’attirer ses bonnes grâces, prétendre au mariage, toucher Uther ou Arthur, etc… rarement pour elle. Morgane avait appris à vivre avec, mais cette fois, c’était différent, en pleine nature, elle avait le profond espoir que cette personne n’ait agit que par bonté d’âme. Elle ne voulait pas croire que tout le monde n’était intéressé que par le profit, et cela la touchait vraiment, au point qu’elle redoutait réellement la réponse qui allait lui être faite. La jeune femme reporta finalement son regard sur les dessins tracés un peu plus tôt par le jeune homme.

C’est là qu’était toute la contradiction de Morgane, d’un côté elle était prête à tuer le jeune homme pour protéger son secret, d’un autre côté elle était encore très vulnérable sur certains aspects, et se laissait chambouler par ses émotions. Elle avait un tempérament de feu, s’emballait rapidement, mais d’un autre côté elle se trainait les bagages d’une enfant orpheline, et élevée dans une tour d’ivoire. Cependant, elle avait une curiosité et une soif d’apprendre inépuisable qui l’avait poussée à étudier aussi bien la littérature, que la théologie ou le maniement des armes. Et maintenant, elle savait aussi bien manier l’épée que la plupart des chevaliers de Camelot. Mais il fallait qu’elle s’endurcisse pour réussir sa quête de la couronne, sinon elle ne ferait jamais le poids contre tous les obstacles qui se dresseraient devant elle.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Ven 27 Avr - 19:42

I can keep a Secret


    Visiblement, la Lady était assez prudente. Normal. Elle n’allait pas avouer à un étranger qu’elle pouvait faire de la Magie. C’est mignon de la voir se défendre, même si Bran n’avait aucune intention de la dénoncer. De toute façon, ça ne mènerait à rien. Une parole contre une autre ça valait rien… quoique. La parole d’un Voleur contre celle d’une Noble reconnue, y avait quand même un large gouffre.

    - Qui peut me dire si ce n’est pas vous l’être magique de nous deux ? Le temps que j’ai passé à contempler ce lac, rien n’a réagi à sa surface ni en ses profondeurs. Et, si vous n’avez pas vu ma chute, c’est mon cheval qui m’a jetée à l’eau et non pas le lac qui m’a attirée d’une quelconque façon. En outre, si vous comptiez me faire tuer par Uther, j’eus tout aussi préféré que vous me laissiez périr ici, au moins la honte m’eut été épargnée.

    Bran leva un sourcil, surpris. Euh… pas tout compris là. Elle veut pas mourir devant Uther parce qu’elle l’aime trop ? Ou parce qu’elle le haïssait ? Il n’avait aucun souvenir d’une querelle entre le Roi et sa Pupille. Peut-être avait-elle eu lieu ce soir-ci ? Ça passerait tout ça. Ah ces nobles, ils avaient tellement de problèmes et il était bien possible que Bran n’en comprenne jamais le sens.

    - Vous me sauvez des eaux, puis me portez au bucher, et tout cela sans que je ne connaisse votre nom, alors que vous n’êtes pas sans ignorer le mien. J’aimerai savoir qui vous êtes. Vous pouvez avoir confiance en moi, si je n’ai aucune raison de devoir me protéger de vous, votre identité restera en ma seule connaissance, mais s’il vous venait à l’idée de me nuire, alors même sans nom je vous ferai retrouver.


    Wouah ! Elle parlait beaucoup ! Il y eu un léger flottement… parce que Bran se mordait la lèvre. Il n’avait pas voulu la mettre en colère. Au contraire. Il n’en revenait toujours pas d’être à moins d’un mètre d’elle. C’était LA Lady Morgana quand même ! Il trouvait qu’il faisait pâle figure à côté… même si elle paraissait bien plus blafarde que lui. Plissant les yeux, il réalisa qu’elle claquait des dents. Oh nan elle allait tomber malade. Et c’était bien possible qu’elle l’était déjà. Raah ! Il tapa du poing sur sa cuisse pour se maudire. Oui tu as échoué mon brave ! Tu sers vraiment à rien. Bon, y avait bien une solution, mais il hésitait à l’appliquer. Forcément, il avait le pouvoir de la soigner et de lui redonner sa chaleur vitale, mais il avait peur de sa réaction. M’enfin triple buse ! Elle a l’air d’être un être magique elle aussi ! Allez un peu de courage ! C’était quand même la Pupille du Roi… un peu de confiance que diable. Il poussa un petit soupir et lui prit la main.

    - Je peux ? Demanda-t-il sans la regarder.

    Sans attendre la réponse, il couvrit sa main de la sienne. Inspirant longuement en secouant ses mèches qui lui chatouillaient les yeux, il fixa toute son attention sur l’objet de sa future guérison. Aussitôt, ses yeux s’illuminèrent et Bran sentit le froid courir dans ses veines. Il y avait une légère fièvre et quelques onces de fatigue. Le Transporteur avait déjà une idée à qui les refiler.

    - Vous vous sentirez mieux maintenant. Même pas besoin de dormir si vous voulez mon avis, sourit-il.

    Il n’était pas vraiment tenté d’expliquer comment tout fonctionnait mais il espérait qu’elle ait compris qu’il l’avait guéri. C’était pas qu’il n’avait pas envie, ni par égoïsme, mais plutôt parce qu’il n’était pas encore tout à fait certain de son processus. Il finit par se racler la gorge.

    - J’m’appelle Brandon, mais ceux qui me connaissent préfèrent Bran. Je sais pas lire, ni écrire… je sais faire que… ça. C’est plutôt pratique je l’avoue, ça me permet de ne pas être malade par exemple.

    Il passa sa langue sur ses dents. ‘Tain il avait tout balancé d’un trait à l’une des personne les plus proche de celui qui voulait sa mort. Mais elle faisait de la magie elle aussi… elle pouvait peut-être le comprendre. Et puis il ne savait pas pourquoi il avait dit ça, c’était un peu sorti tout seul. Il pensa immédiatement à quitter Camelot. Il n’avait pas trop de choses à emporter. Quelques petites économies et encore ! M’enfin tant pis, il avait fait au moins une petite bonne action à la Femme… euh à une femme.

    - Avant que vous ne choisissiez entre me sauver, ou m’offrir en pâture à la Cour, je voudrais vous poser une question. M’avez-vous sauvé parce que vous saviez qui j’étais, ou simplement parce que j’étais en mauvaise posture ?


    Quelle femme mes aïeux ! Bran sourit en levant les yeux vers le lac. Comment ça en pâture ? Elle allait retourner tranquillement au Château non ? Pensait-elle qu’il allait la ligoter et la trainer derrière le cheval ? Pas tellement son genre, désolé. Il risquait de la salir et de ternir sa peau si pâle. Brillante raison en effet ! De toute façon, la notion du bien et du mal de Bran était assez brumeuse. S’était-il posé la question avant de la sauver ? Fronçant les sourcils, il essaya de se souvenir de sa réaction passée. Ça remontait à bien trop loin ; la mémoire de Bran était bien sélective et brève. Dans l’absolu, il n’avait pas distinguer qui était la personne qui se noyait. Ça aurait très bien pu être le roi en personne. Bon, il aurait très probablement regretté son sauvetage, mais il préféra ne pas y songer pour ne pas froisser la Dame. Après tout, c’était son tuteur. Même si Brandon ne connaissait pas grand monde qui l’appréciait, il savait bien qu’on ne rechignait pas pour donner un nom en échange de quelques piécettes d’or.

    - Disons que je suis une espèce de justicier. Je sauve les Dames en détresse tous les jours voyons.

    Il avait tellement envie de dire qu’il aidait les vieillards et protégeait les plus démunis, mais c’était complètement faux. Bran était bien le premier à voler aux plus faibles. Bah oui, mais c’était ça la loi du plus fort dans les rues de Camelot. Y avait aucune chance que la lady Morgane connaisse tout ça. Ce n’était pas son monde et ça ne le serait jamais.

    - Vous devriez rentrer. Si le Roi ne vous trouve pas, il pourrait croire à un enlèvement. Faîtes de beaux rêve, ma Dame et essayez d’éviter les plans d’eaux à l’avenir.

    Avec un mouvement gauche, il lui tendit les rênes de son cheval. Une belle bête ça aussi. Bran se surprit à ne pas l’avoir emmené plus loin pour pouvoir le revendre plus tard. Bizarrement, il ressemblait à un bon Samaritain. Ça ne lui ressemblait absolument pas.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Dim 10 Juin - 21:42

Visiblement, Morgane parlait trop, c’était souvent le cas, mais comme beaucoup voire toutes les femmes vous diront les hommes. Cependant elle, c’était plus précis, en fait elle parlait trop quand elle était angoissée, heureusement personne ne connaissait ce trait de sa personnalité, ce petit défaut qui pouvait très bien la trahir à n’importe quel moment. Après tout, ne pas maitriser ses émotions était preuve de faiblesse ! C’est ce qu’on enseigne à chaque monarque, et cela peut s’étendre aux autres membres de la famille royale. Notre demoiselle, comme Arthur ne devait pas montrer ses sentiments, mais ils étaient tous deux de très mauvais élèves, car l’un comme l’autre, quand quelque chose ne leur plaisait pas on le savait très rapidement. Tout ça pour dire qu’elle ne s’était même pas rendue compte que depuis déjà quelques minutes elle était toute seule à parler, un long monologue qui accablait complètement le jeune homme. Mais le regard qu’il lui portait la stoppa dans ses réflexions. Il n’avait pas l’air méchant en fin de compte, mais pourquoi semblait-il accroché à son regard de la sorte ?

Mais elle n’eut pas le temps de s’éterniser sur cette remarque, car le jeune homme se saisit de sa main. Morgane eu un très léger mouvement de recul, mais elle se laissa faire. Personne ne touchait la pupille du roi, hormis sa dame de compagnie, à savoir Guenièvre, et c’était ainsi depuis des années. Et puis surtout pas un autre homme que ceux de la Cour ! La jeune femme regarda sa main, puis son regard s’arrêta sur cet étrange personne… qu’était-il réellement en train de faire ? Une sensation étrange la parcouru, puis il déclara : « Vous vous sentirez mieux maintenant. Même pas besoin de dormir si vous voulez mon avis ». Notre sorcière était stupéfaite, effectivement elle n’était pas fatiguée du tout, plus froid non plus… mais ce qui l’étonnait le plus était qu’il ait osé pratiquer la magie devant, mais surtout sur elle ! Il était complètement fou, suicidaire peut-être? Cet acte était comme un aveu, Uther l’aurait tué sur place s’il avait été là. Devant le sourire de son guérisseur, Morgane ne pouvait afficher que de l’étonnement.

Finalement il se présenta ce qui ramena la jeune femme à une réalité plus banal. Enfin si tout cela était réel, car elle commençait à sérieusement en douter. Brandon… jamais entendu un tel prénom, mais il sonnait très bien. Après un très rapide aperçu de ses capacités et de ce qu’il savait faire, il termina par évoquer le fait qu’il n’était jamais malade ce qui fit rire la princesse.


- C’est déjà très bien. Connaissez-vous le nombre de personnes qui tuerait pour avoir votre don ?!

Elle sourit, la magie n’avait pas que des mauvais côtés, Uther devrait ouvrir les yeux sur des personnes telles que ce jeune homme. Il n’avait rien de mauvais, en tout cas pas dans sa magie. C’était touchant de voir quelqu’un qui pratiquait la bonne magie… alors qu’elle-même s’exerçait à la magie noire avec assiduité. En vérité, c’était une situation très drôle, Brandon pouvait mourir pour un acte de bravoure : sauver la pupille du roi avec la magie ; alors que le réel danger était cette même pupille pour le roi… Les illusions, toujours la même histoire !

Alors comme ça il voulait passer pour un justicier… Mais visiblement un coureur de jupons… En même temps, Morgane n’était pas dupe, c’était ainsi partout, même à Camelot. Il ne faut pas croire que l’éducation, ou la chevalerie enlève les travers d’un homme. Au contraire, parfois c’est tout l’inverse. Enfin bref, il faisait un peu d’humour, et elle y répondit par un léger sourire. Cet homme était très étrange, difficile à cerner en réalité. En même temps, Morgane avait été élevée dans une tour d’ivoire, alors les relations humaines n’étaient pas toujours son fort, elle avait beaucoup de mal à cerner les personnalités… Même si cela allait de mieux en mieux, puisqu’elle quittait de plus en plus Camelot. Il n’y a rien de mieux que l’école de la vie pour vous former, ajoutons à cela le tempérament de la sorcière et elle fera des étincelles dans très peu de temps.

Finalement, il lui tendit les rênes de son cheval, lui préconisant de rentrer rapidement avant qu’Uther ne s’aperçoive de sa « disparition ». Il est vrai que depuis l’année dernière, le Roi était particulièrement sur les dents après ce qu’il était arrivé à sa chère pupille. Enlevée dans l’enceinte même de Camelot, par sa demie-sœur, qui plus est sorcière de haut-rang, et cela pendant un an entier ! La version officielle de la demoiselle disait qu’elle avait été particulièrement maltraitée durant toute cette période, mais il n’en était absolument rien ! Morgause l’avait traitée en Reine, soignée comme telle, lui avait mis en tête de le devenir, et évidemment, elle lui avait enseigné l’art subtil de la magie. Notre douce et belle demoiselle était donc un véritable danger pour le royaume, mais personne ne le savait, et tout le monde tombait sous son charme… tout le monde sauf Merlin. Mais inutile d’évoquer les choses qui fâchent !

Elle prit les rênes qu’on lui tendait en prenant soin d’effleurer les doigts du jeune homme. Son charme semblait fonctionner sur lui, sans même qu’elle ait besoin de faire la moindre chose, alors en laissant faire un peu moins le hasard, cela pouvait peut-être donner quelque chose d’intéressant, à moins que… non non, aucune faille chez notre sorcière en herbe. Elle sourit gentiment à son sauveur, il était tellement mignon de lui préconiser d’éviter les lacs…


- Ne vous souciez pas de la réaction d’Uther, il pardonnerait que je ne puisse trouver le sommeil.

Il n’était pas ignorant des problèmes de sommeil de sa pupille, cauchemars et autres insomnies étaient présents dans les nuits de la demoiselle depuis qu’il l’avait recueilli, il n’avait jamais pu remédier à cela, malgré toutes ses attentions, et il s’en voulait souvent de ne pas pouvoir la soulager de ce mal. Alors, bien sûr, il comprenait qu’elle se promène dans le château en pleine nuit, et ne s’inquièterait donc pas tout de suite de ne pas la trouver.

- Pourquoi avoir fait acte de magie sur moi, Bran ? Vous n’avez donc aucune crainte ? Pourtant, un seul mot de ma part et vous pourriez très bien regretter ce que vous avez fait.

Oui, elle utilisait directement le diminutif réservé « aux personnes qui le connaissaient bien ». Et bien quoi ? elle avait le droit, non ? Avoir pratiqué de la magie sur elle lui donnait ce statut, non ?! Et bien tant pis, Morgane prenait cette liberté, et cela ne la dérangeait pas, au contraire, cela la remplissait d’un certain orgueil. C’était bête, mais faire « comme si » elle pouvait compter sur cette personne, et compter pour lui, lui donnait le sentiment d’être presque normale, connaître ce qu’une jeune femme ordinaire vivait. Elle n’avait jamais eu d’amis en dehors du château, et encore… elle était si discrète qu’en dehors de Gwen et … Gwen elle n’avait jamais eu d’ami. Dit ainsi ça peut paraître bien triste, mais au final maintenant c’était une force, pas d’amis = pas d’attache, il lui serait plus aisé de conquérir le trône sans sentiment aucun pour personne. Mais voilà que ce Bran venait lui faire ressentir des choses normales… Oh ! se laisser porter par ce petit jeu l’espace d’une nuit ne devait pas prêter à grande conséquence, autant en profiter.

Elle passa sa main sur l’encolure de son cheval, l’animal se semblait pas particulièrement disposé à partir sur le champ, il tourna une oreille en direction de sa maîtresse, mais reporta rapidement son attention sur tout autre chose. Morgane regardait le jeune homme droit dans les yeux, avec un sourire bienveillant. Cela l’intriguait qu’il ait utilisé la magie devant elle, même s’il avait deviné qu’elle-même possédait ce don. Personne ne dévoilait ce genre de choses en ce moment, et surtout pas aux personnes proches du roi. Il aurait très bien pu la sortir de l’eau, s’assurer qu’elle allait bien et la laisser rentrer. Voilà, sans rien de plus. Mais lui avait osé, pourquoi ? De toute façon, si lui n’avait pas toute la nuit à lui accorder, elle pouvait bien se le permettre, d’autant plus que grâce à Bran, elle n’avait aucunement envie d’aller dormir.

Plus elle regardait ce jeune homme... Brandon, plus il l'intriguait. Elle avait envie de le connaître plus, pas simplement parce qu'il lui avait sauvé la vie, même si cela pouvait suffire pour lui être redevable à vie. Tiens c'était une idée ça! Mais pas pour Morgane, même s'il était particulièrement... eh attachant, la princesse ne pouvait pas s'abaisser à une telle chose. Puis, à force de l'observer, elle remarqua que le jeune homme, enfin il n'était pas... il était... Elle sentit le rouge lui monter terriblement aux joues, et préféra porter de nouveau son attention sur son cheval.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Lun 25 Juin - 14:52

You cannot be Evil

    - Connaissez-vous le nombre de personnes qui tuerait pour avoir votre don ?!

    Euh non, Bran ne s'était jamais posé la question. Pourquoi voudrait-on de son don ? Il avait beaucoup souffert à cause de lui. C'était à cause de lui qu'il avait été enfermé pendant des années le privant ainsi de son enfance. Bran n'avait jamais connu la joie de courir dans les champs pour se retrouver dans les bras de sa maman. Ce sentiment était bien trop loin pour qu'il s'en souvienne. Il n'avait été qu'utilisé pendant toute sa vie, ne comprenant jamais les émotions humaines, s'approchant petit à petit de l'état animal. L'ancien Bran était très différent de l'actuel. Il n'y avait que les cicatrices qui striaient son dos qui lui rappelaient son périple. Aujourd'hui, il ne voulait plus perdre cette liberté qu'il chérissait tant. Dans ce cas, arrête de prendre autant de risque pour si peu. Lady Morgane n'est pas si peu !

    - Ne vous souciez pas de la réaction d’Uther, il pardonnerait que je ne puisse trouver le sommeil.

    Ce n'était pas pour rien qu'elle était la pupille du roi. Uther l'aimait plus qu'autre chose. Plus que son fils ? Bran pensait que oui. D'un autre côté, les garçons et les filles n'étaient pas traités de la même façon durant l'enfance. Cela semblait être une vérité des plus banales, mais Bran ne l'avait appris que récemment. Cloîtré dans sa cage pendant des années, la moindre chose qu'il apprenait sur le quotidien d'autrui l'extasiait. Ainsi, dans la haute société, les garçons devaient savoir se battre et les filles... devaient être belles. Alors que quand tu étais un bouseux, fallait savoir forcément travailler et éviter de mourir. La vie de riche devait être ennuyeuse. Ah c'est comme ça que tu le vois, Bran ? Pourtant, la vie de noble était enviée par tout le monde. Mouais... lui n'y voyait que l'ennui à l'horizon. Il aurait été trop lâche pour pouvoir se battre. Même si... Bran se disait lâche mais il n'hésitait pas à plonger la tête la première dans le lac d'Avalon pour sauver une inconnue.

    - Pourquoi avoir fait acte de magie sur moi, Bran ? Vous n’avez donc aucune crainte ? Pourtant, un seul mot de ma part et vous pourriez très bien regretter ce que vous avez fait.

    Une goutte tomba de ses cheveux quand il pencha la tête. Essayait-elle de le déstabiliser ? Bran l'avait toujours perçue comme une personne remplie de tristesse. Il ne savait pas trop pourquoi puisqu'elle souriait assez souvent. La tristesse pouvait entraîner la colère et la violence. Son cœur se mit à battre plus fort. De peur ? Non, c'était autre chose...

    - Quoique vous fassiez, je n'aurai aucun regret à avoir guéri la Lady Morgane.

    Il avait balancé cette phrase ponctué d'un large sourire à la fin. Il était sincère. Sauver la Lady. C'était un peu comme un rêve qui devenait réalité. Rien que de la voir de si près... alors l'aider dans son quotidien. Bran, remercie les dieux immédiatement ! Sauf qu'il ne croit pas aux dieux. Justement, c'est l'occasion de prendre conscience de leur existence !
    Elle le fixait toujours. Peut-être que c'était la première fois qu'elle rencontrait une personne dotée d'un don. Elle devait se sentir moins seule alors. Lady Morgane avait du voir tellement d'exécutions, ayant peur qu'elle soit découverte. Mais... peut-être que le roi lui aurait pardonné. Ou alors il le savait déjà et lui avait déjà pardonné. Quelle injustice ! Bran, arrête de réfléchir, ta tête va exploser...

    Je sais... je prends pas assez de précautions. Au pire, si vous gardez mon secret, je pourrai toujours vous servir si vous vous sentez mal.

    Pffff ! Qu'est-ce que c'est que cette phrase à double-sens ? Va mourir Bran ! Tu crois que tu vas faire copains-copains avec elle ? Estime-toi heureux qu'elle ne te traite pas comme un moins que rien. Combien de fois tu as fait face à ces gens qui insultent, jettent des regards plein de haine et de dégoût ou envoient leurs hommes pour en tabasser un ? Lady Morgane n'était pas comme ça. Mais oui exactement ! Ses yeux se mirent à briller. Elle était...

    - Un ange. Vous êtes un ange en fait ?

    Pouahahahaha ! Mais qu'est-ce que tu fabriques ? Tu peux pas garder tes pensées pour ta pathétique nature ? Quel idiot, quel idiot ! Elle va croire que tu es un attardé mental ! Il n'y a aucun rapport avec la conversation en plus, qu'est-ce qui a bien pu te laisser dire ça ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   Jeu 5 Juil - 22:04

Spoiler:
 


Morgane sourit en entendant qu'il n'aurait aucun regret à l'avoir guéri quoiqu'elle fasse si elle décidait de le dénoncer à Uther. Elle ne dira certainement jamais à Bran, mais maintenant il lui était tout à fait impossible de lui faire le moindre mal, à part peut-être tout à fait indirectement et involontairement... Alors le dénoncer au Roi, non jamais! Elle préfèrerait avouer son propre don. Tiens tiens! Pourquoi autant de vaillance d'un seul coup? Pour rien évidemment, juste un élan du coeur... une bonne action, rien d'autre. Oui, cette explication était tellement simple, donc tout à fait recevable.

"- Au pire, si vous gardez mon secret, je pourrai toujours vous servir si vous vous sentez mal." Eh... hum! oui, c'était une idée. En même temps à le regarder, sa tenue, son attitude, il ne devait pas être un homme à attache... le retrouver ne devait pas être une mince affaire. Oh! Si ça se trouve elle ne le reverrait jamais?! La demoiselle n'avait pas l'habitude à une telle chose, les employés de Camelot restaient toujours, Gwen la servait depuis des années... Les seules personnes qui l'avaient quittée n'étaient autre que ses parents... assassinés. Un voile de tristesse passa rapidement dans son regard. Elle avait perdu ce petit air, presque taquin. Morgane ne pensait jamais à sa famille, elle avait fait un trait dessus, c'était le passé, un passé révolu, une horreur qu'elle avait vécue trop jeune, trop tôt, trop tout en sommes... Et puis ça lui rappelait qu'Uther avait été un véritable père... Oui, il ne fallait pas s'attarder sur une telle idée, surtout sur lui! Heureusement, Bran la tira brutalement de ses tristes pensées.

"- Un ange. Vous êtes un ange en fait ?" La princesse écarquilla les yeux de surprise. Il venait vraiment de dire ça? Elle, un ange?! Elle esquissa un petit sourire amusé.

- Je vous demande pardon?!

Oh le pauvre... il n'y était pas du tout. Elle était tellement désolée de le tromper comme ça. Le jeune homme semblait d'un seul coup tellement sûr de lui. Un ange, Morgane l'avait peut-être été par le passé, mais maintenant ça n'était plus le cas, non elle en était même très loin. Pourquoi avait-il vu ça chez elle? Non, s'il y avait un ange ici, c'était bien lui, il l'avait sauvé des eaux, sauver d'une probable pneumonie.

- S'il y a un ange ici, c'est bien vous. Vous êtes mon ange-gardien! Vous m'avez sauvée du lac, et vous m'avez peut-être guérie. Elle était très gênée de dire une telle vérité, mais elle poursuivit quand même. Heureusement qu'il faisait nuit! Ne niez pas, vous êtes mon ange-gardien!

La folie est une maladie? Si oui, elle était très contagieuse entre ces deux-là! Morgane, sortir une telle énormité?! Elle en était choquée elle-même! Qu'est-ce qui lui avait prit? Ca n'était pas son genre, oui elle était du genre réactive, mais de là partir dans un délire pareil... En même temps, Bran était son ange-gardien sur ce coup-là...

A cette relance de folie, la jeune femme préféra lâcher les rênes de son cheval et s'éloigna un peu. De toute façon, à une telle heure, l'animal ne pensait qu'à une chose: dormir, alors il n'allait certainement pas partir. Morgane soupira, puis entreprit de s'excuser.


- Pardonnez moi, je... je ne sais pas ce qui m'a prit de vous parler de la sorte...

Mouais, en fait elle ne regrettait pas du tout, ça lui faisait drôle, c'est tout! Pourquoi Morgause ne pouvait pas débarquer là, maintenant tout de suite? Ca lui faciliterait bien des choses... Décidément, elle s'en souviendrait de cette nuit....

Sous l'effet de son stress, et surtout parce qu'elle était très perturbée, son don se manifesta une nouvelle fois. Le Lac s'illumina devant elle. La sorcière ne s'en rendit pas compte tout de suite,mais quand ce fut fait, son coeur manqua un battement. C'est alors qu'un tout petit feu prit sur l'eau, sans rien pour l'alimenter... juste le regard de la pupille du Roi qui avait changé de teinte. Cela se déroula très rapidement, maximum quelques secondes, mais Morgane se retourna vers Bran, il ne pouvait pas avoir manqué ça... Elle ne pouvait plus nier, oui la pupille du Roi était une sorcière. Résignée, et plutôt angoissée elle demanda:


- Vous ne direz rien?! Je vous en prie, Uther ignore ce que je suis... tout le monde l'ignore...

Morgause, c'est maintenant qu'il faut venir au secours de ta soeur chérie! La jeune femme était comme un chiot abandonné, elle ne bougeait plus, son regard était triste, elle regrettait que la magie se soit révélée une seconde fois. Tout à l'heure, elle avait tenté de se défendre comme elle l'avait pu: illusion de Bran, le lac avait réagit à sa magie à lui... mais maintenant ça n'était plus possible. Elle maitrisait de mieux en mieux la magie, mais pas encore totalement, et cela l'énervait prodigieusement, être l'esclave de quelque chose qui vous dépasse... Il fallait vraiment qu'elle arrive à dompter tous ses pouvoirs.

En temps normal, elle aurait malheureusement tué Bran d'être le témoin deux fois de suite de ce phénomène. Mais maintenant elle en était tout à fait incapable, une force la poussait à espérer pouvoir avoir confiance en lui. Morgane n'était pas du genre à baisser les armes, et pourtant ce soir c'était le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Rencontre humide sous les étoiles *Bran*   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre humide sous les étoiles *Bran*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» L'amour brille sous les étoiles ~ [ Neiry ]
» L'amour brille sous les étoiles [Soirée de fin d'année]
» Une entrevue particulière sous les étoiles [PV Daniel]
» L'amour ne brille jamais sous les étoiles... ... [Fe]
» Malheureusement l'amour n'a pas brillé sous les étoiles...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin RPG :: Archives RPG-