Partagez | 
 

 Un matin presque comme les autres *Gwen*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Sam 19 Nov - 22:19

Morgane avait une nouvelle fois feint d’aller se coucher ce soir-là. En réalité, après que Guenièvre l’eut laissé, notre sorcière quitta le château. Plusieurs semaines maintenant que la nuit, parfois, elle sortait des enceintes de Camelot pour rejoindre sa sœur au-dehors. Cette dernière était toujours là pour l’attendre et lui enseigner certaines bases de la magie ou mettre au point un plan contre Uther. Cette fois, rien de tout cela n’était au programme. En fait, Morgane était allée la rejoindre pour avoir des nouvelles de ce qu’il se passait dans la sphère magique, elle renseigna également sa sœur sur la princesse qui avait posé ses bagages au château, Lady Anna. Rien à craindre de cette dernière apparemment, mais les deux sœurs avaient appris à ne pas se fier à l’eau qui dort, après tout qui pouvait soupçonner la pupille du Roi comploter contre lui ?

Une fois cette escapade terminée, Morgane reprit la route du château. Son cheval s’était étrangement bien habitué à ces balades nocturnes. Elle ne le prenait pas toujours, surtout si le temps de parcours ne nécessitait pas beaucoup de temps. Quelques fois, elle partait à pied dans les bois, et alors la méfiance était de tous les instants, car certes elle était une sorcière, mais tout à fait débutante, il ne fallait pas trop lui en demander sur commande. Et sans cela, pour certains bandits, il était toujours intéressant d’avoir comme monnaie d’échange la pupille du Roi Uther. La jeune femme se pressa donc sur le chemin du retour, et une fois son cheval remis à l’écurie, elle regagna ses appartements sans aucun encombre.

Le sommeil de la belle demoiselle fut très agité, en effet, tour à tour lui apparaissaient les visages de sa sœur, son frère, Gwen ou encore Uther et Merlin en train de périr tous dans des circonstances les plus horribles les unes que les autres. La sorcière s’éveilla donc en sursaut. Elle ignorait combien de temps elle avait bien pu dormir, mais une chouette qui passa devant sa fenêtre en hululant lui indiqua qu’il devait être encore très tôt. Elle soupira, se calma comme elle put, puis se rendormi tout en caressant le bracelet de sa sœur comme le ferait un enfant serrant contre lui le vêtement de sa mère pour s’endormir sans risque de mauvais rêve. Cela ne marcha pas pour autant pour la sorcière qui retomba en plein cauchemar. Arthur périssait au combat cette fois, c’était très clair, mais peut-être était-ce un tournoi ?... difficile à dire, très difficile. Le songe s’estompait, c’était maintenant Guenièvre qui accompagnait Morgane dans les bois, lorsque soudain elle se faisait mordre la cheville par une vipère, vipère qui prit les traits de Gaïus…. C’en fut trop pour la jeune femme qui s’éveilla en poussant un cri perçant.

Elle tendit l’oreille pendant plusieurs minutes, mais aucun pas ne semblait vouloir venir s’assurer qu’elle allait bien. Alors, encore parcouru de sueur froide et la respiration haletante, elle enfila un vêtement au-dessus de sa robe de nuit, et se leva pour rejoindre sa fenêtre. Le jour ne pointait pas encore le bout de son nez que déjà des oiseaux chantaient. Morgane n’ouvrit pas la fenêtre, le temps était trop froid pour cela, elle savait puisqu’il y avait de très grosses chances pour que l’herbe soit complètement recouverte de givre au réveil. Elle resta donc là, plusieurs minutes à contempler le paysage qui s’offrait à elle. Puis, le soleil daigna enfin faire paraître ses premiers rayons, elle savait que Guenièvre n’allait plus tarder, alors elle alla se rassoir sur le bord de son lit. Elle avait décidé qu’elle l’attendrait ici, tranquillement, maintenant que tous les cauchemars s’étaient dissipés.

Morgane risquait fort d’être fatiguée dans la journée, après une telle veille, il ne serait pas étonnant de la voir s’endormir bien avant le prochain coucher, surtout si la journée ne s’annonçait absolument pas passionnante. Elle entendit des pas pressés qui cessèrent devant sa porte, puis cette dernière s’ouvrit et laissa paraître la servante de Morgane ; Guenièvre.

La demoiselle était très jolie, d’une beauté exotique comme on le disait déjà à l’époque Son visage arborait un sourit très chaleureux, même si elle semblait visiblement surprise de trouver sa maitresse déjà levée de si bon matin. Morgane lui rendit son sourire et alla à sa rencontre.


- Bonjour Guenièvre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Dim 20 Nov - 17:41

L'aurore : C'était pour la plupart du temps le moment où Guenièvre se réveillait. C'était de toute façon son devoir. Elle devait veiller au bien-être du château, tout en étant présente pour sa maîtresse, Dame Morgane. Heureusement, celle-ci n'était pas des plus difficiles, bien au contraire. La belle jeune femme l'avait toujours traitée comme une égale. C'était pour cette raison que Gwen s'était autant prit d'affection pour elle. Elle la considérait comme sa seule véritable amie. De toute façon, dans le monde dans lequel elles vivaient, il était assez difficile de se faire des amis. La jeune servante n'en voyait que deux en lesquels elle avait vraiment confiance : Morgane et Merlin, quoi qu'elle devait admettre qu'elle s'entendait de mieux en mieux avec le Prince Arthur...

Sortant rapidement du lit, la jeune fille se plaça devant le fin miroir qui ornait sa maison afin d'attacher simplement ses longs cheveux bouclés en un petit chignon. Puis, elle quitta sa demeure en direction des cuisines du château où elle devait donner un coup de main ce matin. Elle détestait se rendre là. La cuisinière en chef était des plus désagréable et n'avait nul respect pour aucun des serviteurs du royaume. Gwen tâcha donc de faire les choses le mieux possible sans avoir à lui adresser la parole. Au bout de quelques temps, le petit-déjeuné du château finit par être prêt.

La prochaine tâche de la jeune fille était beaucoup plus intéressante que la première. Elle commençait alors sa vraie journée en tant que dame de compagnie. Attrapant le plateau repas de Morgane, elle se dirigea doucement vers sa chambre avec une légère inquiétude au coeur. Depuis déjà quelques temps, sa maîtresse faisait de violents cauchemars qui la réveillaient en sursaut et troublaient longuement ses nuits. La belle s'inquiétait de savoir si pour une fois elle avait passée une nuit agréable. Elle détestait la voir dans de tels états de choc. Sa maîtresse était déjà éveillée, assise sur le bord de son lit d'où elle se leva pour venir l'accueillir. Gwen ne put cacher sa surprise de la voir déjà réveillée de si bon matin. Elle avait les traits tirés, comme si elle avait passée une nuit terriblement agitée qui l'avait empêchée de vraiment fermer l'oeil et de trouver le repos idéal.

-Bonjour Madame.

Guenièvre l'inspecta encore un petit moment du regard avant de lui sourire de nouveau, allant poser le plateau repas sur le lit de la jolie demoiselle.

-Avez-vous passez une nuit agréable ??

Bien sûr que non !! Quelle question idiote !! Mais elle n'avait pas pu s'empêcher de s'en informer. À vrai dire, elle commençait sérieusement à être inquiète. De tels cauchemars devaient réellement toucher la santé de Morgane. Après tout, manquer à tout moment de sommeil était quelque peu nocif. Gwen se retourna vers la jeune femme, s'en approchant.

-Vous êtes un peu pâlotte ce matin. Voudriez-vous que j'aille chercher Gaius ??

Même le médecin de la cour ne semblait pas savoir quoi faire pour arrêter ;es cauchemars de la demoiselle. À croire qu'il s'agissait d'un mystère total.

Malgré ces quelques réflexions, Gwen ne voulait en aucun cas inquiéter davantage sa maîtresse avec ses pensées. Esquissant un nouveau sourire, elle posa une main chaleureuse dans son dos afin de la reguider vers son lit.

-Vous devez avoir faim. Il y a longtemps que vous êtes réveillée ??
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Mar 29 Nov - 22:21

Comme à son habitude, Guenièvre ne manqua pas de remarquer que sa maîtresse n’avait pas beaucoup dormi, ou si mal, et elle le présenta d’une façon très délicate, si bien que Morgane ne s’en offusqua pas le moins du monde, de toute façon elle était très heureux de voir son amie arriver, et avec elle le jour.

- Il est inutile de déranger Gaïus pour si peu, je te remercie. Le brave homme a déjà fait beaucoup pour moi, mais tu vois rien ne vient à bout de ces cauchemar.

Elle sourit gentiment à la jeune femme, mais elle savait bien que depuis le temps, ces mauvais rêves l’inquiétaient plus qu’elle-même ne l’était. Pourtant c’était ses propres nuits qui étaient écourtées par eux, mais non, Gwen était tellement attentionnée qu’on eut pu croire que c’était elle qui était hantée par toutes ces images. Le pire, c’est qu’elle avait toujours été comme ça, Morgane croyait même à une époque que si elle se blessait, Gwen aurait voulu prendre la douleur pour elle. Oui, c’est à ce point chez la jeune servante, mais c’est ce qui fait tout son charme ! Comment ne pas s’attendrir devant une demoiselle aussi pleine d’attention, et de véritables, pas de fausses-bonnes qu’elle aurait maquillées pour plaire à sa maîtresse. Gwen était une perle ! Notre sorcière le disait depuis longtemps, n’avait-elle pas supplié Uther et Arthur d’aller la récupérer aux mains de brigands l’an passé ? Non vraiment, elle n’imaginait pas sa vie sans elle parfois, ne serait-ce que pour son sourire du matin.

- Non je n’ai pas très faim, le petit jour m’a fait passer la sensation tout du moins.

Sans en dire trop sur ses heures de veilles, elle se trahit cependant en disant qu’elle avait vu le jour se lever. Une petite indication qui pouvait convenir à Guenièvre et lui donner suffisamment d’information pour comprendre dans quel état était sa maîtresse, et pourquoi elle n’éprouvait plus d’appétit également. Car en veillant autant, elle avait réussi à faire passer complétement cette envie, qui reviendrait certainement un peu plus tard, il ne fallait pas s’inquiéter pour cela, car d’accord Morgane avait un appétit d’oiseau, mais elle ne se laissait pas mourir de faim non plus, et s’affamait encore moins !

- Je vais mettre ma robe bleue aujourd’hui. Sais-tu si mon frère sort en forêt aujourd’hui ? J’avais très envie de chevaucher.

En réalité, Morgane comptait surtout sur le fait que Merlin suivrait le prince s’il sortait, par là-même elle pourrait surveiller son comportement vis-à-vis d’elle. Le jeune mage lui semblait être de plus en plus suspicieux à son égard, et elle ne supportait que moyennement cette situation. Cependant, n’étant sûre de rien, mieux valait garder ses distances, faire le dos rond, et surtout observer !
Pendant que Guenièvre remettait le lit, les draps et tout le reste en ordre, la princesse alla faire sa toilette. La demoiselle était très soignée, et cela commençait par-là. Ceci fait, elle revint auprès de sa servante afin que cette dernière l’aide à lasser la robe qu’elle avait choisie. Elle alla ensuite prendre place face à sa coiffeuse, et pendant que Guenièvre terminait des choses de-ci de-là, elle se brossa ses magnifiques cheveux d’ébènes. Longtemps elle avait d’ailleurs jalousée son amie d’en avoir des aussi bouclés. Elle trouvait cela très joli et peut commun. Les siens étaient certes souples, mais pour faire tenir des boucles correctes, il fallait toutes une armée de stratagème que Guenièvre connaissait d’ailleurs parfaitement, car c’était elle qui mettait, la plupart du temps, les cheveux de sa maîtresse en forme.

Morgane choisi ensuite une paire de boucle d’oreille, un collier et attendit que son amie vienne justement lui faire une coiffure en adéquation avec sa tenue. Libre à elle de faire ce qu’elle voulait, notre demoiselle n’était pas du tout inquiète et lui vouait une confiance sans faille.


- As-tu des nouvelles du chevalier qu’Arthur avait pris dans ses rangs ? Son nom…. Lancelot, oui c’est cela, Lancelot. Il me semble qu’on ne le voit plus depuis un moment.

Elle avait cru deviner que Guenièvre n’était pas insensible au charme du jeune chevalier. Il est vrai qu’il n’était pas désagréable à regarder, mais les préoccupations de Morgane étaient toutes autres. En effet, bon nombre de prophéties circulaient au sujet de cet homme, et la majorité parlaient d’une certaine bataille… Morgause craignait la force de ce chevalier, voilà pourquoi notre demoiselle cherchait à en savoir un peu plus sur les desseins de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Lun 12 Déc - 17:37

[HJ : Désolé de mon retard impardonnable !! Embarassed J'ai été vraiment coincée de partout ces derniers temps.]

Oui, Guenièvre s'inquiétait beaucoup pour sa maîtresse. Après tout, n'étaient-elles pas amies depuis des années maintenant ?? Il n'y avait probablement personne d'autre qui connaissait Gwen aussi bien et il en était de même pour la jeune dame. Aussi, lorsqu'elle lui proposa de lui faire venir Gaius et que Morgane refusa, la jeune servante en fût légèrement déçue mais n'ajouta rien de plus à ce sujet. La jeune fille devait savoir ce qu'elle faisait en refusant. Elle se contenta alors de lui sourire et d'approuver légèrement d'un hochement de tête. Néanmoins, elle ne pouvait que se sentir inquiète. Dame Morgane faisait de terribles cauchemars depuis des années maintenant. Des cauchemars semblables à d'épouvantables visions du futur. En d'autres termes, cela attaquaient non seulement son sommeil, mais sa santé également. En ne dormant pratiquement pas, elle risquait d'être sujette à divers microbes qui devaient circuler dans la région. Oui, si la jeune servante aurait pu prendre tout ces maux, elle l'aurait fait volontiers. Après tout, qu'était-elle, elle, pour le royaume ?? Elle n'était qu'une servante comme les autres, et depuis la mort de son père, elle n'avait l'impression de ne compter pour personne. Personne mis à part Morgane.

Gwen avait monté le petit-déjeuné de sa maîtresse, mais celle-ci lui dit alors qu'elle n'avait pas vraiment faim due au petit-jour. Cette indication fit comprendre à la jeune servante que sa maîtresse était réveillée depuis un bon petit moment déjà, probablement encore dû à ces satanés cauchemars. Néanmoins, Guenièvre ne dit rien à ce sujet, déplaçant le plateau de repas du lit afin de le placer sur une étagère. Elle le reprendrait plus tard en quittant la chambre afin de le redescendre aux cuisines.

-Très bien, si vous changez d'avis, vous me le dîtes.

Elle esquissa un nouveau sourire chaleureux, allant replacer le lit de la jeune femme pendant que celle-ci allait faire sa toilette. Pendant ce temps, Morgane lui dit la tenue qu'elle souhaitait porter, lui demandant par la même occasion si Arthur comptait se rendre en forêt aujourd'hui. À la simple pensée de ce nom, le coeur de la jeune servante s'emballa. Néanmoins, elle tâcha de garder un contrôle d'elle-même, souriant toujours en allant chercher la robe que Morgane avait choisit de porter.

-Je ne sais pas, Madame. Je n'ai pas croisé le Prince aujourd'hui et Merlin ne m'a rien dit à ce sujet lorsque je l'ai vu dans les cuisines. Peut-être devriez-vous rendre visite au Prince pour être fixé à ce sujet.

Bien sûr, si c'était le cas, Gwen devrait très probablement accompagner sa maîtresse dans sa promenade en forêt. Elle devrait alors tâcher de demeurer la plus discrète possible. Qu'était-elle après tout pour ressentir un tel sentiment envers l'héritier du trône ?? De telles pensées étaient impossibles et elle en était parfaitement consciente.

Lorsque Morgane sortie de derrière le paravent, vêtue de sa robe bleue, la jeune servante la lui attacha soigneusement, la laissant par la suite aller s'installer à sa commode. Pendant ce temps, elle régla encore quelques petits détails dans la chambre avant d'aller rejoindre la jeune fille, prenant la brosse qu'elle tenait afin de continuer à la coiffer à son tour. Sa maîtresse avait toujours eue de magnifiques cheveux, lisses et assez malléables. Avec ses boucle à elle, il était pratiquement impossible de les brosser correctement. Avec précaution, elle brossa soigneusement les cheveux de la jeune femme en faisant bien attention de ne pas lui faire mal. Puis, elle entreprit de tresser ses longs cheveux bruns pour ensuite les remonter en un chignon solide. Si elle devait monter à cheval aujourd'hui, mieux valait qu'elle n'aie pas les cheveux devant les yeux.

Pendant qu'elle se tuait à la tâche, Morgane entreprit un nouveau sujet, lui demandant si elle avait des nouvelles du chevalier Lancelot. Encore une fois, le coeur de la jeune fille s'emballa. Oui, elle ressentait également des sentiments pour ce jeune homme qui s'était toujours montré très charmant avec elle. Il était même allé jusqu'à risquer sa vie pour essayer de la sauver de ces bandits qui l'avaient enlevés l'année précédente, chose qu'Arthur avait fait également par contre. Néanmoins, Gwen était parfaitement consciente que la jeune chevalier lui était plus accessible. Tentant tout de même de se contrôler de nouveau, elle esquissa un léger sourire.

-J'imagine qu'il doit être très occupé ces derniers temps.

Termina la tresse de sa maîtresse, elle la remonta par la suite en chignon, comme elle l'avait prévue, puis prit son collier et ses boucles d'oreilles qu'elle lui mit également. Et voilà, la jeune dame du royaume était prête pour sa journée.

-Et voilà Madame. Vous êtes magnifiques, comme toujours. dit-elle avec un nouveau sourire, encore une fois satisfaite de son travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Mer 14 Déc - 21:26

Guenièvre avait vraiment des doigts de fée, rien de la résistait et tout était réalisé en douceur, jamais elle ne tirait sur la chevelure d’ébène de sa maîtresse, jamais elle ne l’avait griffé par accident en nouant sa robe et en faisant n’importe quel autre geste de toilette. Oui, c’était une perle ! Morgane savait combien il était précieux de garder de bonne relation avec les domestiques, surtout s’ils sont doués. Mais la leur allait bien au-delà d’un simple rapport maître-serviteur, et il en était ainsi depuis le début. Toutes deux s’étaient trouvées, puisque toutes deux avaient besoin d’une amie. Pour Morgane, élevée dans une tour d’ivoire, il lui avait été quasiment impossible de nouer une quelconque relation d’amitié avec une personne autre qu’Arthur. Au début, la jeune princesse l’avait franchement mal vécue, et puis est arrivée Guenièvre, avec ses sourires et son éternelle gentillesse. Cela a transformé le quotidien de la demoiselle et ses relations aux autres.

- Merci.

Un bien faible terme pour tout ce qu’avait accompli son amie, et en si peu de temps. Parfois, notre demoiselle pensait à l’éventualité qu’elles échangent leur vie… elle servante, elle ne tiendrait pas deux jours, même au service d’un ange comme Gwen. Il fallait le faire, se lever plus tôt que tout le monde, faire le lit, amener les repas, aider à la toilette, etc… ce devait être exténuant ! Et pourtant Guenièvre ne se plaignait jamais. Elle aurait pourtant pu le faire, Morgane n’était pas tous les jours facile à supporter. Mais non, rien, toujours le sourire, toujours ces petits mots gentils qui même dans la douleur vous redonnait espoir.

La demoiselle se leva, quitta sa servante, et alla rejoindre sa fenêtre. Elle passait beaucoup de temps à cet endroit, plongée de ses pensées, on ne pouvait plus rien lui arracher de la bouche, et pourtant, c’était souvent la cohue dans sa tête. Son regard passa le verre et se posa sur la cour intérieure du château. Deux chevaliers revenaient de chasse ou quel qu’autre exploits, tandis qu’un écuyer était occuper à penser un magnifique cheval à la robe baie. Oui, le regard de la belle se posa furtivement sur eux, mais ses pensées étaient complètement éloignées à cette situation.

Machinalement, ses doigts se posèrent sur le bracelet de sa sœur. Elle le caressait lentement, sans s’en rendre compte, mais ce geste était de plus en plus courant chez elle, comme un tic pour se rassurer. Se rassurer de quoi ? Personne ne pouvait le savoir, peut-être qu’elle-même ignorait la cause véritable de tous ses troubles.


- Guenièvre, qu’as-tu pensé pendant toute mon année d’absence ? Pensais-tu que je ne reviendrais jamais ?

Et bien ! Voilà qui était pour le moins étonnant comme questionnement, elle qui n’avait plus adressé la parole à son amie depuis déjà plusieurs minutes, revenait sur un épisode particulièrement trouble pour tout le monde.

Elle daigna enfin détacher son regard azur du paysage, pour la poser dans celui de sa servante. Jamais les deux femmes ne s’étaient entretenues à ce sujet, il était presque devenu tabou à la cour. Il faut dire que Morgane faisait croire à tous qu’elle avait été maltraitée durant tout son séjour auprès de Morgause, alors qu’il n’en était absolument rien ! Sa sœur était certainement la seule personne qui dans le cœur de notre demoiselle, parvenait à se hisser au niveau, voire plus, de Guenièvre. Elle n’avait jamais été désagréable, ni même menaçante avec elle. Au contraire, elle la comprenait ! Toutes deux étaient des sorcières, et elles partageaient ainsi des conversations qu’il n’était absolument pas possible d’avoir avec quelqu’un d’autre, fut-il Gueniève.

Morgane soutenait le regard de son amie, mais laissa paraître un semblant de tristesse. Il ne fallait pas trahir son petit manège ! Peut-être pourrait-elle apprendre quelques petites choses intéressantes de la part de sa servante, qui ne bougeait plus du tout depuis qu’elle avait entendu la question qui lui était adressée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Mer 22 Fév - 18:43

Guenièvre n'avait jamais eu l'impression d'avoir raison à se plaindre. Elle vivait bien ici, au château de Camelot, et même si certaines tâches étaient plus exténuantes que les autres et que la plupart des femmes des cuisines avaient un sale caractère, elle était extrêmement heureuse de vivre ici, d'autant plus que le reste de ses tâches étaient loin d'être désagréables. S'occuper de Dame Morgane avait quelque chose de très plaisant. La jeune servante se disait même parfois qu'elle avait beaucoup de chance. Ce n'était pas toutes les jeunes dames qui se montraient aussi bonnes envers leurs dames de compagnie. Et la belle brune était beaucoup plus que bonne envers elle. Avec le temps, les deux jeunes femmes avaient développées une profonde amitié l'une envers l'autre, et cette amitié avait toujours fait le plus grand bien à Gwen. Elle se souvenait encore de son enfance solitaire pendant laquelle elle ne passait que du temps avec son frère aîné, Elyan. Puis, Morgane était arrivée dans sa vie, changeant son existence du tout au tout. La jeune fille pu enfin découvrir le bonheur d'avoir une amie sur qui compter.

Après avoir soigneusement brossée les cheveux de sa maîtresse et lui avoir posée ses bijoux, la jeune servante se dirigea vers le lit afin de replacer les couvertures. Pendant ce temps, Dame Morgane regardait par la fenêtre, l'air complètement ailleurs. Gwen aurait donnée tout ce qu'elle possédait pour savoir à quoi elle pouvait bien penser. Depuis son retour à Camelot, la jeune dame avait quelques moments d'égarement comme ceux-ci. Ne pouvait-elle dont pas s'empêcher de resonger à toutes les souffrances qu'elle avait vécue au cours de cette longue année ?? Tout laissait croire que oui. Après tout, quand on y réfléchissait bien, comment aurait-elle pu oublier aussi facilement ?? Elle avait due vivre des moments tellement terribles !! Par moment, Guenière se demandait même comment elle avait pu survivre à toute cette souffrance.

Comme si elle avait lu dans ses pensées, Morgane lui demanda soudainement ce qu'elle avait pensée pendant toute l'année où elle avait été absente. Surprise par une telle question, Guenièvre resta figée pendant quelques secondes au bord du lit, serrant les draps du lit de sa maîtresse dans la paume de sa main afin d'empêcher celle-ci de trembler. Puis, au bout de quelques secondes, elle finit par réagir, essayant d'esquisser un léger sourire rassurant qui devait sembler bien faux quand on y réfléchit.

-Je ne sais pas. Enfin oui, je savais qu'on vous retrouverait. Le Roi avait envoyé toutes ses meilleures cavaleries dans la forêt. Je crois qu'aucun d'entre nous ne voulait perdre espoir.

S'approchant doucement de sa maîtresse, elle la prit doucement et tendrement dans ses bras, la serrant d'un air rassurant.

-Ne pensons plus à cela. L'important c'est que vous soyez de retour parmi nous. Vous nous avez terriblement manqué.

La relâchant doucement, elle lui sourit de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   Jeu 8 Mar - 22:02

Morgane était satisfaite de la réponse de sa servante, Guenièvre semblait être toute acquise à sa cause. C’était mieux ainsi, puisque notre sorcière avait besoin de soutien au sein de château avant de pouvoir compter sur Morgause. Après tout, la jeune femme passait plus de temps au sein de mûrs du château, plutôt qu’aux côtés de sa sœur. Merlin se méfiait d’elle, elle le savait, il le cachait que très peu. Tout était brisé entre eux deux, mais ils faisaient autant bonne figure l’un que l’autre lorsque d’autres personnes étaient avec eux. Mais seuls, c’était une tout autre histoire.

Gwen prit alors notre sorcière dans ses bras, ce qui surpris légèrement Morgane, et lui causa un pincement au cœur. Cette jeune femme était tellement pur, toujours dépourvu de traitrise. Morgane avait découvert ses sentiments que récemment, Uther l’avait poussé dans cette direction, sans le savoir bien sûr, mais en voulant tuer le père de Gwen, il s’était mis à dos sa pupille qui avait enfin ouvert les yeux sur sa manière de régner. Enfin ses pouvoirs qui s’étaient déclarés, sa rencontre avec les druides, Mordred, et puis Morgause enfin. Beaucoup d’évènement qui avait bousculé, chambouler, et finalement changé à jamais la belle Morgane. Tout cela était étouffé pour le moment, mais viendrait un jour où ses pouvoirs seraient craints de tous, elle régnerait sur Camelot en première sorcière reine, elle punirait ceux qui doivent l’être et ceux qui se mettrait en travers de sa route. Oui, Morgane n’était pas comme Guenièvre, ou ne l’était plus. Les personnes changent, c’est indéniable, mais c’est beaucoup dû aux rencontres qu’ils font.


- Tu as raison, n’en parlons plus. Elle répondit à son sourire par un autre.

Mais alors que son amie continuait de faire le lit, elle se dirigea vers sa coiffeuse et se saisi d’un bracelet en argent, ornée de motifs floraux taillé dans le métal, le cœur de l’une d’elle était composé d’une pierre d’ambre. Jetant un regard derrière elle, elle vérifia que Guenièvre ne la regardait pas. Morgane se concentra et ses yeux prirent alors une teinte dorée, à laquelle la pierre répondait par la même couleur. Lorsque le maléfice fut jeté, les yeux azurs de la jeune femme redevinrent ce qu’ils étaient habituellement, ainsi que l’ambre. Elle prit une profonde inspiration, car c’était encore très éprouvant pour elle, puisque tout récent. Pratiquer la magie était plus épuisant qu’autre chose. Mais Morgause lui avait certifié que cela passerait avec la pratique et le temps. Elle retourna auprès de sa servante qui venait de terminer de remettre en place les draps.



- Tiens Gwen, prend-le, je te l’offre pour sceller notre profonde amitié. Tu sais que tu peux compter sur moi, quant à moi je n’ai jamais douté de ton amitié sincère.

Elle avait un grand sourire, ne doutant pas que Gwen n’avait rien vu de ce qu’elle venait de faire sur ce bracelet. Elle le lui passa au poignet. Il allait très bien à Guenièvre, il était assez fin pour ne pas la gêner dans ses tâches, et très raffiné. En même temps il venait d'une princesse, forcément ça ne pouvait être que joli, surtout quand on connait les goût de Morgane. La jeune femme était en effet une assez bonne experte du côté des bijoux, des tissus, et autres concernant sa toilette.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un matin presque comme les autres *Gwen*   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un matin presque comme les autres *Gwen*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Un journée presque comme les autres.../ PV électrique/
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Un entretien d'embauche pas comme les autres...
» Une prof pas comme les autres(Fini)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Merlin RPG :: Archives RPG-